Mes 10 meilleures plongées de 2019

La meilleure façon d’aborder de nouveaux projets pour l’année à venir est d’apprécier tout ce qu’on a réalisé d’extraordinaire au cours de l’année qui vient de s’écouler. Cette année, je me plie de nouveau à l’exercice qui consiste à revenir sur les 10 plongées qui m’ont marquée un peu plus que les autres.

2019 a été ma première année complète en tant que nomade à plein temps. Toujours en mode « slow travel », j’ai continué mon exploration morceau par morceau du Japon, j’ai passé l’été sur la Côte d’Azur avant d’ajouter la Polynésie française à la liste des endroits de rêve que j’ai eu la chance découvrir. J’en suis maintenant pleinement convaincue, plus on passe de temps à un endroit plus on en profite au maximum, c’est pourquoi je ne cherche plus désormais à juste rayer des destinations de ma liste.

Janvier était mon dernier mois de cours de japonais à Tokyo, j’ai donc décidé qu’il était temps de déménager à Okinawa pour essayer de vivre dans la préfecture tropicale du Japon avec mes nouvelles compétences linguistiques. Comme je devais quitter le Japon après une autre période de 3 mois et que je devais m’occuper d’affaires administratives en France, je me suis dit que tant qu’à faire je serai tout aussi bien sur la Côte d’Azur au soleil, avec mes amis à proximité de nombreux sites de plongée à découvrir ou redécouvrir. Finir par la Polynésie française et rentrer à la maison via le Japon a été la cerise sur le gâteau de mon année 2019.

Au milieu de toutes ces aventures, voici les 10 plongées qui ont marquées mon année :

1 – Yonaguni, Okinawa, Japon

Février 2019

J’ai quitté Tokyo début février avec des températures glaciales après être passé faire coucou aux singes des neiges dans la préfecture de Nagano. En seulement quelques heures j’étais toujours au Japon mais avec une température tropicale de 27 ° C.

L’île de Yonaguni est la plus à l’ouest du Japon, à seulement 110 km du Taïwan, d’où son climat. Entre des bancs de requins marteaux et une mystérieuse cité sous-marine, faire de la plongée à Yonaguni a été une véritable aventure qui a mis ma patience à l’épreuve mais qui a finalement été passionante.

Lire l’article complet de mes plongées de requins-marteaux et celui sur la cité engloutie de Yonaguni.

2 – Ishigaki, Okinawa, Japon

Mars 2019

Lorsqu’on part plonger à Ishigaki, cela signifie souvent de plonger dans tout l’archipel des îles Yaeyama. Il y a tellement de sites de plongée avec tellement de choses à voir, des raies mantas, des requins, des nudibranches, qu’il m’était presque impossible de choisir un site de plongée parmi tous ceux que j’ai explorés en 1 mois à Ishigaki.

En revanche, je dois l’avouer, bien que j’adore les raies mantas, ce que j’ai vu dans la baie d’Osezaki, est une des rares occasions d’assister à un court phénomène saisonnier : la saison de reproduction et de ponte des seiches géantes.

Lire l’article complet sur la plongée sous-marine à Ishigaki et aux îles Yaeyama.

3 – L’épave du Grec, Porquerolles, France

Juillet 2019

Deuxième apparition dans un top 10 pour le site de plongée qui est pour le moment mon préféré en France. En 2017, l’épave m’avait déjà marquée pour ma première plongée à ses 40 mètres de profondeur. En raison de sa coque recouverte de gorgones aux teintes violettes et jaunes vives et des milliers de poissons qui virevoltent au-dessus du pont, cette épave est vraiment magnifique. Cependant, à ce moment, je n’ai pas réussi à prendre une seule bonne photo. L’été dernier, j’ai enfin eu l’occasion de régler ce problème.

Lire mon article actualisé sur l’île de Porquerolles, la perle de la plongée de la côte varoise.

4 – La Fourmigue, Golfe-Juan, France

Août 2019

C’est peut-être dû à une différence de visibilité spectaculaire entre 2017 et 2019, mais l’été dernier, j’ai complètement redécouvert ce site de plongée. D’un côté à l’autre, jusqu’à 40 m de profondeur, il existe plusieurs parcours qui raviront tous les niveaux de plongeurs : une statue historique cachée dans une petite caverne, un village sous-marin miniature, une arche profonde à traverser et toutes les plus belles espèces marines méditerranéennes en nombre .

Lire l’article complet sur Golfe-Juan, le meilleur de la plongée entre Antibes et Cannes.

5 – Passe de Tairapa, Manihi, Polynésie Française

Septembre 2019

Bien que je sois une grande fan de bio marine, des coraux aux espèces pélagiques, je ne boude jamais le plaisir d’une bonne plongée dérivante. Sur l’atoll éloigné de Manihi, dans l’archipel des Tuamotu, j’ai vécu la plongée en dérive la plus dynamique de tout carnet de plongée. Sous le mascaret de la passe, on surfe en pleine eau et à pleine vitesse tout en disant bonjour aux requins, aux mérous marbrés et aux carangues échevelées.

Lire l’article complet sur mes plongées à Manihi, hors des sentiers battus aux Tuamotu.

6 – Passe de Tamakohua, Fakarava, Polynésie Française

September 2019

Bon, on ne va pas se le cacher, la passe Sud de Fakarava a clairement été ma plongée n°1 de l’année. C’est une plongée de rêve pour qui aime les requins autant que moi. Environ 700 requins sont les résidents permanents de la passe de Tamakohua. Le meilleur dans tout ça ? Cette plongée se fait sans aucun nourrissage (« feeding ») ou appât (« baiting ») ; c’est une rencontre 100 % naturelle : la preuve que ce n’est pas nécessaire pour nager avec des centaines de requins!

Lire l’article complet sur la plongée dans le paradis polynésien des requins.

7 – Hiva Oa, Archipel des Marquises, Polynésie Française

September 2019

Les îles Marquises constituent un archipel hors-du-commun au milieu du Pacifique, à mi-chemin entre Tahiti et Hawaï. Ses îles sont plus rarement visitées car il faut d’abord prendre l’avion pour Tahiti avant de prendre un autre vol de 4 heures, puis encore un autre d’une heure vers l’île où se trouve l’unique centre de plongée. Je suis tombée immédiatement sous le charme avec l’ambiance de l’île d’Hiva Oa. Un peu plus tard, j’ai compris pourquoi c’était un peu comme revenir en Ecosse mais en version tropicale !

Sous l’eau, les sites n’ont rien à voir avec ce à quoi on peut s’attendre d’une plongée en Polynésie. La visibilité était réduite mais l’écosystème était unique. Et si je vous dis que le détroit entre Hiva Oa et Tahuata est une véritable autoroute à raies mantas et requins marteaux, il y a des chances que vous vouliez en savoir plus.

Lire l’article complet sur la plongée aux Marquises.

8 – Le tombant de la Marado, Tahiti, Polynésie Française

Octobre 2019

J’ai encore du mal à croire que la Presqu’île de Tahiti soit à ce point en dehors des sentiers battus avec sa nature luxuriante et ses sites de plongée loin des foules. Alors que la plupart des tourites restent sur la côte ouest, ce fut mon coup de cœur à Tahiti. Le tombant de la Madaro a été la plongée la plus profonde de mon voyage de plongée en Polynésie. J’ai adoré la façon dont le tombant était recouvert de milliers de petites gorgones jaunes, une espèce rare en Polynésie.

Lire l’article complet sur mon road-trip de plongée à Tahiti et Moorea.

9 – Tokashiki, Okinawa, Japon

Octobre 2019

Pour mon troisième voyage à Okinawa, je suis retournée plonger dans le parc national des îles Kerama mais en restant cette fois sur ses îles au lieu de partir en excursion à la journée au départ de Naha. Je suis allée d’île en île pendant une semaine, et sans aucun doute, ce sont les sites de plongée de la côte ouest de Tokashiki qui m’ont le plus impressionnée : des tortues vertes partout, des anémones de mer géantes avec une grande variété d’espèces de poisson-clown et de magnifiques gorgones. Je pense que c’est là où j’ai dû prendre le plus de photos en une seule plongée cette année.

Promis, j’écrirai un guide complet sur le Pard des Kerama, mais en attendant, il est encore temps de lire ou de relire mon article sur comment organiser son premier séjour de plongée à Okinawa.

10 – Hachijōjima, Îles d’Izu, Japon

Novembre 2019

Lors de ma dernière semaine à Tokyo, je n’ai pas pu résister de me joindre à mes binômes de plongée de Dive Zone Tokyo pour un dernier voyage ensemble. Hachijōjima est la plus éloignée des îles d’Izu. Avec ses eaux claires et ses tortues marines, ce que j’ai découvert était au-delà de toute attente pour une île accessible depuis le port de Tokyo en une nuit à bord d’un ferry.

Désolé, pour le récit complet, il faudra encore attendre un peu !


If you enjoyed this post, subscribe to WAD Newsletter to receive the latest posts and all the behind the scenes stories once a month (100% guaranteed spam-free)

Posted by Florine

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :