Test complet de ma nouvelle combinaison étanche Fusion en 5 aventures

This article is the French version of “Full review of my new Fusion drysuit in 5 adventures

Le jour où j’ai passé ma spécialité de plongée en combinaison étanche, un tout nouveau monde s’est ouvert à moi. Je n’avais plus besoin d’attendre la saison estivale de plongée ou mes prochaines vacances dans des destinations tropicales : je pouvais désormais plonger quand je le voulais, où je le voulais. Il m’a fallu du temps pour acheter ma première combinaison étanche, mais pendant 3 ans, ma combinaison Aqua Lung Blizzard 7mm a été mon meilleur binôme dans des destinations froides telles que l’Ecosse et l’Islande. Depuis mes tout débuts en plongée sous-marine, j’ai toujours eu froid. J’ai vite découvert que c’était souvent parce que la combinaison que l’on me donnait n’était jamais à ma taille ou jamais à la bonne épaisseur compte tenu des conditions (Désolée mais même si je l’ai déjà fait, non, une combinaison 7mm dans une eau à 10°C, ce n’est pas agréable!)

Jusqu’à très récemment, j’étais l’heureuse propriétaire d’une combinaison 7 mm assortie d’un shorty 5 mm, d’une combinaison 5 mm que j’ai remplacée par une Aqua Lung Diveflex 5 mm beaucoup plus confortable, et d’une combinaison 2,5mm. Je les ai achetées au fur et à mesure de mes voyages sur une période de 6 ans. Avant de redéménager vers la France, j’avais donc 6 combinaisons de plongée en stock! Un déménagement est toujours l’occasion de faire le tri. J’ai donc réduit ma collection à l’essentiel en 3 combinaisons en gardant uniquement mon étanche 7 mm, et deux combinaisons humides 5 mm et 2,5 mm. Grosso modo, dès que la température de l’eau est en dessous de 18 ° C, je prend l’étanche! Pourquoi s’en priver? Il est tellement facile d’ajuster ce qu’on porte dessous en fonction des conditions. C’est ainsi que je suis partie plonger à Portofino, en Italie, début de juillet, alors que la température de l’eau était de 16 ° C à 20m, avec mon étanche et seulement mon maillot de bain dessous! La conséquence? Je me suis retrouvée à plonger de plus en plus en étanche. Et je trouve ça génial…

Malheureusement, en utilisant de façon aussi intensive ma combinaison néoprène étanche, elle a commencé a montrer des signes de faiblesses. En octobre dernier, après un week-end de plongée sur les épaves du Sud de la France,  la moitié de mon manchon droit s’est déchiré. J’ai acheté de la colle néoprène, et cela semblait faire l’affaire. Mais après deux plongées, il s’est de nouveau déchiré. J’ai réutilisé la colle néoprène à nouveau, mais cette fois-ci j’ai recousu par dessus. Cette fois, cela a très bien fonctionné, mais j’ai compris le message: j’avais une utilisation trop intensive d’une étanche plutôt orientée débutants. Par ailleurs, parce que j’avais tellement eu de problèmes de fuite dans le passé avec d’autres modèles, j’avais choisi une taille S qui était un peu petite pour moi. Ma combinaison était tellement ajustée que la plupart des plongeurs croyaient que j’étais en semi-étanche! Je n’ai jamais eu une seule fuite sous l’eau, donc cela a bien fonctionné, mais la vérité est que c’était à chaque fois un peu la galère pour la retirer (en particulier les bras). Donc si à chaque fois vous devez forcer pour retirer votre combinaison, il est logique que le néoprène atteigne sa limite de résistance à un moment…

Heureusement, c’est à ce moment-là que l’équipe d’Aqua Lung France m’a suggéré d’essayer leur nouvelle combinaison étanche Fusion. Peut-être que certains d’entre vous connaissaient les combinaisons White Fusion. Après avoir acheté la société canadienne White, Aqua Lung a récemment lancé une nouvelle génération de ses combinaisons étanches hybrides très populaires au Canada dans 4 modèles : Fusion Sport, Fusion Bullet, Fusion Fit et Fusion Kevlar (cette dernière est sous la marque Apeks, la marque de plongée tech d’Aqua Lung ). La version Sport est le modèle d’entrée de gamme tandis que la version Bullet est la version toutes options. La version Fit est exactement le même modèle que la Bullet, mais avec une couche néoprène extérieure conçue pour les femmes. Si on peut appeler cette combinaison étanche hybride c’est que ce n’est pas une combinaison néoprène, mais ce n’est pas non plus une combinaison trilaminée. Si vous vous souvenez de mon article sur comment j’ai choisi ma première combinaison étanche, j’ai expliqué que j’avais choisi une étanche néoprène plutôt qu’une trilaminée parce qu’elles étaient plus légères et plus proches du corps. Dans le cas de la Fusion, cette combinaison étanche possède une enveloppe intérieure étanche bi-laminée (matériau respirant composé de 2 couches appelé AirCore) et une couche externe mince en néoprène qui maintient la partie imperméable près du corps tout en apportant un peu d’isolation thermique. Cela donne une combinaison étanche beaucoup plus légère que la plupart des combinaisons trilaminées, et vous n’avez pas l’impression de plonger dans un sac flasque. Tout cela semblait donc génial, c’est pour cela que de janvier à mai, j’ai fait toutes mes plongées en Europe et au Japon avec ma nouvelle combinaison Fusion pour mieux la connaître et vous en donner une revue complète. Voici donc le début de mon aventure avec ma nouvelle étanche Fusion!

 

1 – Toulon, Sud de la France : épreuve d’étanchéité

date: 15 janvier 2017

température de l’eau: 14°C

J’ai fait mes derniers essayages au Salon de la Plongée à Paris : La taille Small/Medium était parfaite pour moi point de vue taille (je fais 1m68, pour entre 57 et 60kg, en fonction de mes derniers excès de crème glacée). Pour ce qui concerne la pointure, les combinaisons Fusion disposent d’un système malin : un système de scratchs très solides sous le pied et autour de la cheville permettant d’attacher les chaussettes de la combinaison à des botillons Fusion. Une fois les botillons attachés, il n’y a plus besoin de les retirer (voir exception ci-dessous). Je fais une taille 40 en chaussures, mais avec mes chaussettes en polaire bien épaisse, c’était trop petit, donc j’ai pris une taille 41. En ce qui concerne les manchons et la colerette, vous devez savoir que la combinaison Fusion est livrée avec des manchons SI Tech de taille standard qui sont simplement clipsés et non collés! C’est génial car ces manchons existent aussi en petite taille. Cela m’a également rappelé la fois où en Ecosse, j’ai vu un plongeur annuler le reste de ses plongées parce la colerette en latex de son étanche avait cassé après sa première plongée. Avec la Fusion, vous pouvez tout simplement changer par vous même les manchons et la colerette en seulement 15 minutes, sans collage, sans séchage! La colerette standard étant évidemment trop grande pour moi (je pourrais aisément mettre ma main entre mon cou et le silicone), nous l’avons remplacée par la taille Small. Chaque combinaison Fusion est livrée avec un outil spécial,  ressemblant à un couteau à pizza, permettant de réaliser l’opération. Il faut retirer l’anneau jaune puis le replacer soigneusement avec l’outil fourni. Ce n’est pas compliqué, mais prenez bien votre temps pour le faire soigneusement. Le mieux est de demander à un spécialiste (votre magasin de plongée préféré) de vous montrer comment faire. Vous pouvez également jeter un oeil à la chaîne YouTube Aqua Lung, ils ont beaucoup de tutoriels intéressants sur la combinaison étanche Fusion. En ce qui concerne les manchons, la taille standard semblait bien m’aller. Eh bien, elle semblait uniquement …

Pour éviter toute catastrophe potentielle sur une plongée plus difficile, j’ai profité d’un week-end ensoleillé de janvier à Toulon, où l’eau descend rarement en dessous de 14 ° C pour tester ma nouvelle combinaison étanche dans une anse abritée. Comme l’eau n’était pas si froide, je n’ai mis que ma combinaison sharkskin dessous, la même que j’utilise sous ma combinaison étanche néoprène quelles que soient les conditions.

Tout d’abord, j’ai remarqué que je pouvais m’équipper bien plus rapidement, c’est un point fort, même je n’ai pas été capable de fermer la fermeture éclair frontale par moi-même du premier coup. Avec un peu plus de pratique, je me suis dit que j’y arriverai. La première mauvaise nouvelle est venue tout aussi rapidement: le bracelet de l’ordinateur de plongée est trop petit. Puis je me rends compte que mes palmes de voyage sont aussi trop petites avec des bottillons en taille 41 . Je finis par trouver le coup de main pour mettre mon ordinateur de plongée, mais ce n’était pas facile. Ce n’était pas impossible de mettre mes palmes, mais ce n’est pas confortable, je me dis que j’utiliserai un modèle plus grand que j’ai à la maison. Un bon point: le cagoule avec le zip arrière. Je me suis déjà fait mal aux vertèbres deux fois de façon assez sérieuse en forçant un peu trop sur ma cagoule qui était un peu trop serrée. Maintenant avec le zip arrière, je mets la cagoule en place sans difficulté et je la resserre avec le zip dans un second temps : plus de risque de blessure!

J’ai mis les 8 kg de plomb que je prends habituellement de façon à pouvoir les retirer un par un pour ajuster ma flottabilité. Passer d’une combinaison de néoprène non compressée de 7 mm à une combinaison bi-laminée fait une grande différence. J’ai retiré 4 kg de plomb (mais attention, je n’avais qu’une sharkskin dessous. voir plus loin dans l’article).

J’ai fait une petite plongée de 5 minutes pour vérifier mon niveau de confort sous l’eau à faible profondeur. Je me sentais bien, mais je voyais de l’air s’échapper de mon poignet. Ma combinaison n’a pas été complètement inondée, mais quand je suis retournée sur le quai, les deux manches de ma sous-combinaison étaient entièrement humides. D’accord… En fait, j’ai également besoin des manchons en taille Small!

 

2 – Tignes, Savoie : vérification du confort thermique sous la glace

date: 29 janvier 2017

température de l’eau: 2°C

Quand on m’a offert une nouvelle opportunité de plonger sous glace dans les Alpes, c’était l’occasion idéale pour vérifier si je resterais bien au chaud avec ma combinaison Fusion assortie du sous-vêtement Thermal Fusion. Ce sous-vêtement chaud est si doux, léger et confortable, j’aurais pu passer mon hiver entier emmitouflée dedans!

J’ai fait ma première plongée à Val Thorens avec l’équipement de l’école de plongée sous glace Evolution 2: une combinaison étanche néoprène de 7 mm avec masque intégral et gants secs afin de pouvoir comparer par la suite. Le lendemain, je plongeais à Tignes, l’emplacement historique du centre de plongée Evolution 2. Cette fois-ci, je me suis équipée avec ma combinaison Fusion, mes nouveaux manchons en taille S, changés toute seule comme une grande en seulement 10 minutes à côté de la glace!

Donc, pas de gants étanche, mais mes gants 5mm, pas de masque intégral, mais ma cagoule et mon détendeur Glacia (la version eau glacée du régulateur Aqua Lung Legend) qui recouvre les lèvres grâce à son embout spécial. Lors de ma première plongée à Val Thorens avec le masque intégral et la cagoule étanche, j’ai été tellement surprise que mes cheveux n’aient même pas été mouillés! En revanche, l’inconvénient était que je luttais un peu avec ma flottabilité en début de plongée. En comparaison, j’ai aussi plongé Silfra, en Islande, avec mon étanche Blizzard, les mêmes gants et le même détendeur, et j’étais parfaitement bien. Le résultat? Oui, mes cheveux étaient mouillés après la plongée, mais j’ai pu rester pendant plus de 20 minutes dans une eau à 2 ° C sans  avoir froid une seule seconde. Un autre avantage important était que je pouvais contrôler beaucoup mieux ma flottabilité pour profiter du spectacle de la beauté de la glace! Lisez le récit complet de mon aventure de plongée sous glace dans les Alpes.

 

3 – Brest, Bretagne : tests de flottabilité en piscine

date: 4  février 2017

température de l’eau: 28°C

Je dis souvent que l’un de mes cours préférés de plongée sous-marine a été celui de flottabilité pendant mon Advanced Open Water. Pratiquer dans un environnement confiné pour atteindre la maîtrise complète de sa position sous l’eau est une compétence critique pour tout plongeur, réduire sa consommation d’air, protéger les récifs coraliens ou encore s’initier à la photographie sous-marine! Cependant, on recommence souvent à zéro lors de ses premières plongées en étanche. L’un des avantages que j’avais avec ma combinaison étanche néoprène était la faible quantité d’air que je mettais à l’intérieur car elle était très ajustée et les 7mm de néoprène assez chauds. Avec la combinaison étanche Fusion, c’est encore une autre histoire. J’ai senti que j’avais besoin de pratique pour m’assurer de connaître au moins les différentes sensations dans différentes positions. Parce que c’est une combinaison bi-laminée et que la fermeture à glissière étanche se trouve à l’avant (ce qui est vraiment génial pour fermer la combinaison soi-même), cela crée un espace supplémentaire qui sera rempli d’air, augmentant ainsi le risque d’ascension incontrôlée si vous ne savez pas ce que vous faites. Quoi de mieux qu’une piscine pour s’entrainer?

J’ai eu la chance d’être invité à la première date de l’édition française du Drysuit Tour Aqua Lung, à Brest dans les locaux du club Eau Libre. Situé dans le même bâtiment que Scubaland, un des plus grands magasins de plongée en France, ce centre de plongée a une piscine de 6 m à 28 ° C. C’était une excellente occasion pour partager mes premiers conseils et impressions sur la Fusion avec les participants et d’écouter le type de questions qu’ils avaient. La moitié des personnes n’avaient jamais plongé en étanche, donc tout était nouveau pour eux. L’autre moitié était plus orientée plongée tech avec un participant qui a essayé une Fusion Bullet en sidemount. La plupart des informations échangées concernaient les diférences avec les étanches néoprène et les étanches trilaminées. Quelques femmes faisaient partie de l’assemblée, de sorte que j’ai pu également partager mon expérience avec le modèle Fusion Fit, s’agissant du modèle adapté à la morphologie féminine. En partageant mes histoires de plongée en Ecosse, en Islande et en Patagonie, j’espère en avoir convaincu plus d’un à quel point la plongée en étanche ouvre les horizons!

Dans la piscine, j’en ai profité pour prendre des photos avec mon nouveau dôme grand angle dans différentes positions. C’était vraiment facile, mais je me suis ensuite rendue compte que sans sous-combinaison, car l’eau était à 28 ° C, c’était forcément plus facile. Dans l’eau douce de la piscine, je n’avais pas besoin d’un seul kilo de plomb. Ce que j’ai appris ce jour-là, c’est que je peux aussi utiliser la Fusion dans des eaux plus chaudes, le matériau respirable de la peau intérieure ayant une sensation agréable contre la peau, j’étais parfaitement à l’aise.

 

4 – Izu, Japon : facile à embarquer sur un vol long-courrier?

date: 25 février 2017

température de l’eau: 15°C

Quelques semaines plus tard, je m’envole pour Tokyo, mon troisième voyage au Japon mais le premier où je pourrai plonger. Grâce à Dive Zone Tokyo, je suis allée plonger à Izu, à 1h30 de Shinkansen (le TGV japonais) depuis Tokyo. En préparant mes bagages, j’ai décidé de mener une petite expérience pour comparer les poids de mon nouvel équipement et de le comparer à l’ancien :

Voici mon sac de plongée avec tout mon équipement, y compris ma combinaison étanche Fusion Fit et mon détendeur Glacia, mais sans la sous-combinaison Thermal Fusion. Poids total: 14,80 kg

En repartant sur le même sac, j’ai seulement remplacé ma combinaison Fusion par mon étanche néoprène 7 mm. Poids total: 13,50 kg

Je note donc que ma combinaison Fusion fait 1,30 kg de plus que mon étanche Blizzard, ce qui n’est vraiment pas une surprise, étant donné que la Fusion a de vrais bottillons et que les manchons et colerette ont des systèmes de clips en plastique. Moralité, il est temps de m’équipper d’un détendeur eau froide plus léger. De cette façon, je garderai mon Glacia uniquement pour une utilisation extrême en eau froide, comme pour la plongée sous glace.

Je remets maintenant ma Fusion dans le sac et j’y ajoute le sous-vêtement Thermal Fusion. Poids total: 16,20 kg.

C’était ma plus grande surprise, la sous-combinaison est en fait assez lourde (1,40 kg) contrairement à ce que son côté moelleux pourrait laisser penser.

Enfin je finis mon sac avec mes vêtements pour 1 semaine et mon micro vanity de voyage. Poids total: 17,95 kg.

Compte tenu des 20 kg correspondant au poids minimum en soute offert par les compagnies aériennes les moins généreuses, il me reste encore pas mal de marge de sécurité pour le retour: test passé avec succès!

Grâce à l’organisation parfaites des gares de train japonaises qui ont des ascenseurs sur chaque quai, atteindre la péninsule d’Izu s’est fait sans aucune difficulté. J’ai pu faire 2 plongées à Izu Ocean Park. Le temps était beau et ensoleillé pour une fin février, mais le vent était encore froid : j’étais bien contente de m’emmitoufler dans ma sous-combinaison Thermal Fusion. L’eau était à 15 ° C, pas aussi froide que prévu. J’aurais pu prendre une sous-combinaison moins chaude au final. Quoi qu’il en soit, comme je l’ai rapidement remarqué à la fin de ma première plongée, c’était la première fois que je plongeais dans l’eau de mer avec ma combinaison étanche Fusion et ma sous-combinaison Thermal Fusion. Avec mes 8 kg de plomb (ce que je prenais habituellement avec mon étanche néoprène), j’ai eu du mal à tenir mon palier de sécurité à 5 m. Ben de Dive Zone Tokyo m’a aidé avec des poids supplémentaires. Sur la deuxième plongée, j’ai pris une bouteille de 15L au lieu d’un 12L et ajouté un kilo supplémentaire. C’était exactement ce dont j’avais besoin. C’était en soit une petite déception que si je plonge avec la sous-combinaison Thermal Fusion, si chaude et confortable, j’ai besoin de mettre plus de poids, en l’occurence 10 kg avec une bouteille de 12L. Remarque pour plus tard: si possible, bien choisir son type de sous-combinaison en fonction de la température d’eau pour réduire son lest.

Avec Ben, qui était également en étanche, nous avons pu faire deux longues plongées d’une heure au Izu Ocean Park, où nous avons croisé de nombreuses espèces étonnantes! Lisez mon article complet sur mon aventure de plongée au Japon (en anglais uniquement pour le moment).

 

5 – Dour, Belgique : derniers ajustements des plombs

date: 4 mars 2017

température de l’eau : 6°C

Alors que je venais tout juste de rentrer du Japon, le lendemain, je prenais la route pour la Belgique. Nous avions pris rendez-vous avec des amis de Paris et de Bruxelles pour se retrouver à la date belge du Dry Suit Tour Aqua Lung. Nous avons plongé dans la carrière de Dour, près de la frontière belge / française. Il s’agissait donc d’un retour en eau douce. J’ai pu réduire mes plombs à 8kg avec un 12L, et cette fois, je n’avais aucun problème à me maintenir à faible profondeur. Compte tenu de la température bien froide de l’eau, j’étais bien contente d’avoir pris ma Thermal Fusion! La plongée était intéressante car cette carrière est devenue un écosystème unique. J’ai particulièrement aimé la partie forêt immergée aux allures de “forêt fantôme”. Clément, qui fait à peu près ma taille, a essayé la Fusion Bullet (la version homme de ma Fusion Fit) en Small / Medium (même taille que moi) et a estimé que c’était aussi pour lui la bonne taille. Raphaël, qui est beaucoup plus grand, 1m87, a plongé dans une Fusion Bullet aussi, mais en taille XL, et nous a dis que c’était un peu trop petit et qu’il souhaitait essayer la taille 2XL. Glyn, qui est un peu moins grand que Raphael mais plus costaud, a essayé le modèle Apeks Fusion Kevlar, en XL aussi, et a estimé que c’était la bonne taille. Ils ont tous été impressionnés par la qualité et le confort de leurs combinaisons, mais ils ont dû ajuster leurs lest comme j’ai du le faire.

 

Bilan de mes plongées en combinaison étanche Fusion

Ayant pris dans mon sac de plongée ma combinaison étanche Fusion pour mon aventure de 12 jours en Croatie, je peux maintenant dire que je suis une plongeuse Fusion pleinement confiante! J’ai résumé ci-dessous les points principaux de mes 5 premiers mois d’expérience avec ma combinaison étanche Fusion Fit :

Avantages

  • Les manchons et la colerette sont faciles à changer, sans collage, ni séchage : c’est de loin le plus grand avantage pour moi. Pouvoir changer par soi-même les manchons et la colerette grâce à un système de clips est juste brillant! Oubliez tout risque d’annulation d’un voyage de plongée parce que vous avez cassé un de vos manchons.
  • Les manchons et colerette sont disponibles en 2 tailles : ils peuvent être coupés à votre taille et sont disponibles en 2 tailles: standard et small. Quand on n’est pas très épais, c’est une excellente nouvelle contre les risques de fuite!
  • Mettre sa combinaison étanche est un jeu d’enfant : je peux désormais mettre mon étanche en seulement 2 à 3 minutes au lieu des 10 minutes dont j’avais besoin auparavant. Ma combinaison Blizzard néoprène 7 mm était légèrement trop petite afin d’assurer l’étanchéité, d’où le temps passé à la mettre. Les manchons silicone permettent de passer facilement votre tête et vos mains par rapport aux manchons néoprène car ils sont beaucoup plus souples.
  • On a l’impression de plonger en combinaison humide : le système hybride d’une enveloppe intérieure étanche bi-laminée avec une peau extérieure en néoprène maintient la combinaison près du corps, contrairement à la plupart des étanches trilaminées qui donne l’impression de plonger avec un sac flasque.
  • Il y a 2 grosses poches sur les jambes : elles sont assez grandes pour mettre de nombreux accessoires tels que votre cagoule, vos gants ou vos lentilles humides pour les photographes, mais elles sont aussi suffisament robustes pour y mettre des plombs. Votre dos vous remerciera!  (Note: les poches ne sont pas standards sur le modèle Fusion Sport).
  • On peut réduire son lest: la Fusion en soi a une faible flottabilité, en particulier si elle est associée à un sous-vêtement thermique mince comme ma sharkskin. Dans ce cas, je peux considérablement réduire mon lest (-4 kg).
  • C’est comme avoir une combinaison étanche sur-mesure en kit : grâce à ses chaussettes qui intègrent un système de scratchs solides qui permettent de fixer les bottillons Fusion à votre taille, vous pouvez avoir la combinaison qui vous convient parfaitement. Une fois les bottillons Fusion attachés, vous n’avez plus besoin de les enlever (sauf pour un séchage plus rapide, voir ci-dessous). En ajustant la taille de la combinaison, en choisissant entre les modèles homme/femme, en changeant la taille des manchons, et en choisissant la bonne taille de bottillons, vous obtenez une combinaison sur mesure!

Inconvénients

  • La Fusion est un peu plus lourde que ma combinaison néoprène : la combinaison Fusion est un peu plus lourde que mon étanche néoprène Blizzard (+1,30 kg). Cependant, cela peut être facilement compensé par un détendeur plus léger.
  • La sous-combinaison Thermal Fusion est très confortable mais très positive : lorsque ma combinaison Fusion est associée au sous-vêtement Thermal Fusion, ma flottabilité est beaucoup plus positive, combiné avec le fait de mettre plus d’air dans la Fusion, alors j’ai besoin d’utiliser plus de poids (+ 2 kg)
  • Purger l’air de son étanche peut être délicat : il m’a fallu du temps pour apprendre à purger correctement ma nouvelle combinaison pour réaliser mon palier de sécurité sans difficulté.
  • Le temps de séchage est un peu plus long : La combinaison Fusion prend plus de temps pour sécher complètement par rapport à mon ancienne étanche (+1 jour), ce qui peut être un problème lorsque je voyage à l’étranger pour éviter le surpoids des bagages.

Mes conseils pour les nouveaux utilisateurs de combinaisons étanches Fusion

  • Prenez le temps de faire connaissance : si comme moi, vous avez fait de la plongée avec une autre combinaison étanche pendant un moment, prenez votre temps pour ajuster votre lest dans des conditions différentes sur des plongées faciles, n’allez pas directement à Scapa Flow avec votre toute nouvelle combinaison!
  • Achetez des manchons de rechange
  • Prenez une pointure de plus que d’habitude sur les bottillons Fusion
  • Conseils de séchage rapide : lorsque vous devez sécher complètement votre combinaison avant de reprendre l’avion, n’hésitez pas à enlever les bottillons et à détacher la peau extérieure néoprène au niveau des poignets et des chevilles. L’eau a tendance à s’accumuler à ces endroits.

Eh bien, c’est un bel article de 4000 mots avec tous les détails de mon expérience avec ma nouvelle combinaison étanche Fusion! J’ai fait de mon mieux pour partager avec vous tous les petits détails que j’ai pu constater. Si vous avez encore des questions, faites-le moi savoir dans les commentaires, je me ferai un plaisir de répondre.

Note: Dans le cadre de mon partenariat avec Aqua Lung et ma participation à l’événement Dry Suit Tour 2017, Aqua Lung m’a fourni gracieusement une combinaison étanche Fusion Fit. Comme toujours, toutes mes opinions sont personnelles et reflètent honnêtement mon expérience.

Vous avez aimé cet article? Rejoignez une communauté de plongeurs voyageurs passionés, sur la page Facebook de World Adventure Divers!

Advertisements

One response to “Test complet de ma nouvelle combinaison étanche Fusion en 5 aventures

  1. Pingback: Full review of my new Fusion drysuit in 5 adventures | World Adventure Divers·

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s