2 semaines de plongée aux Philippines: mon itinéraire aux Visayas

Et moi qui pensais retourner en Asie du Sud-Est en allant passer 2 semaines aux Philippines ! Ce que je n’avais pas prévu c’est que l’archipel, situé en bordure du triangle de corail, a une atmosphère bien particulière. Durant tout mon séjour, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que j’étais dans un mélange d’Indonésie et de Mexique assez déconcertant.

Colonisé par les Espagnols pendant plus de 300 ans, de 1591 avec l’arrivée de Magellan à 1898 où le pays est passé sous domination américaine jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les Philippines ressemblent davantage à l’Amérique latine avec juste une touche de culture asiatique.

L’Anglais est l’une des langues officielles avec le Tagalog ce qui rend le contact avec les Philippins particulièrement facile. Par ailleurs, parmi les centaines de dialectes toujours parlés dans le pays, le Cebuano (ou Visaya), qui est utilisé tout autour de l’archipel des Visayas, a conservé de nombreux mots hérités de l’Espagnol. Qu’il s’agisse d’argent, du temps, de nourriture… en écoutant attentivement, parler l’espagnol a été étonnamment utile de Cebu à Dumaguete.

Mon itinéraire d’île en île aux Visayas

2 weeks in the Philippines - Island hopping in the Visayas

Comme beaucoup de touristes aux Philippines, j’aurais pu réserver des vols intérieurs et visiter tout le pays en 3 semaines en ne passant pas plus de 2 jours dans chaque endroit. Cependant, lorsque j’ai vu le nombre de sites de plongée extraordinaires qui se trouvaient aux Visayas, j’ai décidé de me concentrer sur cet archipel riche en découvertes et de voyager plus lentement.

En 2 semaines, je n’ai pu couvrir que le cœur des Visayas avec les îles de Cebu, Bohol, Negros et Malapascua. Pour un premier voyage aux Philippines, c’était largement suffisant et j’ai pu passer de bons moments avec les Philippins qui ont croisé mon chemin au cours de ce voyage.

1er / 4e jour – Ile de Cebu

Turtle Pescador Island Philippines

Cebu City est la plus grande ville des Visayas et la 5ème plus grande ville des Philippines. C’est la porte d’entrée pour découvrir d’île en île cette belle région des Philippines.

Avec des quartiers animés et colorés où se promener (Carbon Market, Fuente Square, Mango Square) et des sites historiques de premier plan (Croix de Magellan, Basilique Santo Niño), ma première journée à Cebu City fut une introduction parfaite aux Philippines et à son histoire.

J’avais réservé deux nuits dans un hôtel 4 étoiles près du centre commercial d’Ayala pour me remettre du décalage horaire. Cela m’a permis de pouvoir me reposer et d’acheter une carte SIM locale avant de reprendre la route.

Sur l’île même de Cebu, à 3 heures de bus à l’Ouest, vous pouvez rejoindre Moalboal. Une fois arrivé, vous devrez négocier votre trajet en tricycle pour atteindre Panagsama Beach. Panagsama est un petit village avec une seule rue qui longe le bord de mer. Au centre, on y trouve tous les centres de plongée et les hébergements les uns à côté des autres.

D’une manière générale, la plongée à Moalboal s’est révélé être l’endroit le moins cher où j’ai plongé dans le monde : entre ma chambre privée au Moalboal Backpackers Lodge et chaque plongée à 900 PHP (environ 16€, sans équipement et en incluant les droits d’entrée du parc), c’est tout simplement imbattable.

Moalboal est célèbre parmi les plongeurs pour l‘île de Pescador et ses grands bancs de sardines. Certains les ont surnommés « sardine run » comme en Afrique du Sud, mais ce n’est pas vraiment la même échelle.

Au moment de ma visite, les sardines se trouvaient le long des côtes de Panagsama, on les voyait sauter tout autour du bateau à notre départ et notre arrivée. En revanche, pas signe d’une sardine à proximité de l’île de Pescador. Selon les habitants, les derniers typhons pourraient être à l’origine de ce changement.

La grotte marine de Pescador Island nommée « Cathédrale » était aussi une belle plongée, mais j’ai trouvé les coraux mous sur les parois extérieures bien plus intéressants que la cavité rocheuse en elle-même.

J’ai été impressionnée par les divemasters philippins, ils ont des yeux de lynx ! Les nudibranches, les crevettes, les tortues et une de mes espèces préférées, le crabe porcelaine, ils savent exactement où tout se trouve le long du récif de Panagsama et autour de Pescador Island.

5e / 7e jour – Ile de Bohol

Porcelain crab Panglao Philippines

Bohol est célèbre dans toutes les Philippines pour ses Chocolate Hills (en raison de la couleur de la végétation pendant la saison sèche) et le tarsier, le plus petit primate au monde (tout le monde a insisté sur le fait que primate ne veut pas nécessairement dire singe).

Il y a de fortes chances que vous arriviez et terminiez votre circuit de découverte de Bohol à Tagbilaran… de loin la ville la moins agréable que j’ai visitée, mais en raison des horaires des bus et des ferries, il y a aussi de fortes chances que vous y passiez 1 ou 2 nuits comme moi et beaucoup d’autres voyageurs.

Si c’est le cas, pour un lieu de séjour sûr et propre, avec un service incroyablement aimable, le petit déjeuner inclus et un emplacement central, allez à l’hôtel Nisa Travellers (12 Carlos P. Garcia Av.), c’est le meilleur rapport qualité-prix que j’ai trouvé. Malheureusement, vous ne pouvez pas réserver en ligne, donc si vous préférez avoir quelque chose de réservé avant votre arrivée, le Lucky Place Budget Inn propose quelque chose de similaire.

J’ai partagé mon séjour à Bohol entre Panglao et Sagbayan, au coeur du parc naturel de Chocolate Hills. Ce fut une bonne idée qui m’a permis de voir deux aspects bien différents de l’île, de la plage touristique d’Alona aux rizières de Sagbayan.

Le mieux était sans aucun doute de faire un tour en moto dans le parc des Chocolate Hills. La vue à l’observatoire des Chocolate Hills était belle mais j’ai trouvé ma journée à me perdre dans ces collines bien plus palpitante.

Panglao est un lieu de séjour idéal pour les plongeurs. Sans aucune réservation préalable, j’ai trouvé mon bonheur en une heure avec un forfait raisonnable de plongée avec hébergement à Alona Beach,

Cependant, la plage d’Alona a tendance à être un peu trop fréquentée et bruyante à mon goût. Quand je n’étais pas sous l’eau, je m’enfuyais avec plaisir au marché du village de Panglao ou à la « Bohol Coco Farm« .

J’ai beaucoup aimé mes plongées sur le récif d’Alona : j’ai pu y voir presque tous les espèces macro que je voulais (sauf l’hippocampe pygmée), avec plusieurs crabes porcelaine et poissons-fantômes arlequin. La visibilité était plutôt moyenne avec 15 – 20 m mais la température de l’eau était confortable à 28°C.

Un peu plus loin, l’îlot de Balicasag est une zone marine protégée et un paradis pour les tortues. A chaque plongée, j’en ai vu au moins cinq et même jusqu’à trois en même temps. Lors de ma dernière journée de plongée à Balicasag, j’ai aussi eu la belle surprise de voir trois gros poissons-crapauds (ou antennaires) ensemble.

8e / 10e jour – Ile de Negros

Ghost pipefish Dauin Philippines

Étonnamment, j’ai découvert sur le ferry entre Tagbilaran et Dumaguete que la plupart des voyageurs s’arrêtaient sur l’île de Siquijor et ne visitaient pas l’île de Negros.

Negros est l’île de l’industrie de la canne à sucre aux Philippines. Elle est principalement utilisée pour fabriquer la liqueur nationale : le rhum Tanduay (couleur proche de l’essence mais saveur agréable). Dans la partie sud de cette île, une des plus vastes des Visayas, se trouve la ville de Dumaguete qui ne semble être connue que des plongeurs.

La ville a une belle promenade le long de la mer et un immense marché où l’on peut trouver toutes sortes de denrées des quatre coins du pays. Profitez-en pour y déguster une délicieuse glace « halo-halo » ou un riz au lait coco « bod-bod ». Depuis la ville voisine de Valencia, vous pouvez également partir à la découverte des lacs et des chutes d’eau des sommets de Negros.

A seulement 20 minutes de route au sud, j’ai été impressionné par les sites de plongée de Dauin où m’ont emmenée les divemaster de Liquid Dive Resort. Si vous aimez les espèces macro et la photographie sous-marine, ne manquez pas l’occasion de découvrir le « muck diving » à Dauin.

(La traduction de mon article sur la plongée à Dauin sera bientôt disponible.)

11e / 14e jour – Ile de Malapascua

Thresher shark Malapascua Philippines

En tant que plongeur, un voyage aux Visayas ne peut pas s’envisager sans une visite de Malapascua pour tenter de plonger avec son célèbre requin renard.

Avant mon voyage, j’avais convenu de retrouver les amis que j’avais pendant ma formation de divemaster. C’est pourquoi j’ai passé plus de temps à Malapascua qu’indiqué. Dans une si petite île, aussi paradisiaque soit-elle, c’était un pari audacieux pour moi d’y rester une semaine.

Au final, j’aurais aimé pouvoir ajouter quelques jours de plus : il y a tellement de sites de plongée intéressants tout autour de l’île, d’incroyables excursions à la journée vers d’autres îles sans oublier de belles promenades autour des plages et des villages de Malapascua. J’ai passé quelques nuits chez mes amis, puis j’ai passé les derniers jours dans une guesthouse au calme tout au bout de Bounty Beach.

Lisez le récit complet du frisson de la plongée avec le requin renard à Malapascua sur mon article Jouer à cache-cache avec le requin renard à Malapascua.

Quelle est la meilleure saison pour aller plonger aux Philippines?

Kalangaman Visayas Philippines

D’une manière générale, la meilleure saison pour faire de la plongée sous-marine aux Philippines va de novembre à juin. Bon à savoir, les requins renards de Malapascua peuvent être vus toute l’année.

Dans mon cas, j’ai visité les Visayas pendant les vacances de Noël, de fin décembre à début janvier. Le temps était principalement chaud et ensoleillé, à l’exception d’un petit typhon deux jours avant la Saint-Sylvestre. La température de l’eau était comprise entre 28 et 29°C.

Malheureusement, la visibilité n’était pas optimale, surtout à Malapascua avec 10 à 20 m. La visibilité serait meilleure entre mars et juin.

Comment se rendre et voyager dans les Visayas aux Philippines?

Jeepney Dumaguete Philippines

Mon objectif principal étant Malapascua et ayant entendu dire que Manille n’était pas l’endroit le plus agréable des Philippines, j’ai cherché un vol arrivant directement à Cebu. Grâce à l’aéroport international de Mactan-Cebu, vous pouvez prendre un vol direct vers les Visayas depuis la Corée du Sud, Hong Kong, Singapour ou Dubaï.

Dans mon cas, j’ai pris un vol avec Korean Air de Paris à Cebu via Séoul. Grâce à une escale de 12 heures, j’ai même pu visiter la capitale coréenne. J’ai tellement aimé que je me suis promis d’y retourner !

Une fois sur l’île de Cebu, vous pouvez faire le tour de l’archipel des Visayas grâce au réseau de bus et de ferries. Pour les plongeurs, cela présente un avantage non négligeable puisque vous pouvez faire de la plongée tous les jours en évitant les vols intérieurs :

  • J’ai pris le bus entre Cebu City et Moaboal, entre Dumaguete et Cebu City, et entre Cebu City et Maya (Moalboal).
  • Aucun voyage aux Philippines ne serait complet sans avoir voyagé au moins une fois dans un jeepney coloré qui sert de bus pour les courtes distances. Je les ai surtout utilisés à Bohol, entre Tagbilaran et Panglao, et à Negros, entre Dumaguete et Dauin.
  • J’ai pris le ferry entre Cebu et Bohol, entre Bohol et Negros, et entre Negros et Cebu.
  • Dans le cas de Malapascua, une fois arrivé au petit port de Maya, il faut prendre un bateau « bangka » traditionnel pour se rendre sur l’île.

Quelques idées pour un prochain voyage aux Visayas

Sunset Malapascua Philippines

Bien que j’aie pu quand même visiter 4 îles en 2 semaines, voici les endroits où je n’ai pas pu aller, qui sont seront sur ma liste pour mon prochain voyage :

  • L’île d’Apo, près de Negros : en raison d’un typhon, mon excursion de plongée sur l’île d’Apo a été annulée. C’est la vie!
  • L’île de Cabilao, près de Bohol : à priori calme et très belle, l’île serait un spot de choix pour voir les hippocampes pygmées.
  • Padre Burgos, dans le sud de Leyte : J’en ai entendu parler par quelques voyageurs. Contrairement à Oslob, où ils nourrissent les requins-baleines à Padre Burgos, vous pouvez les voir à l’état sauvage.
  • L’île de Siquijor, entre les îles de Bohol et de Negros : la plupart des voyageurs s’y arrêtent lorsqu’ils se rendent au sud des Visayas au lieu d’aller à Negros. Il semble que le mythe de la sorcellerie attire de nombreux touristes. Il semblerait que Siquijor possède de superbes tombants et de belles plages.

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite email.

Posted by Florine

Laisser un commentaire