Plongée à Fakarava : le paradis polynésien des requins

Avant de poser le pied pour la première fois à Tahiti et ses îles, une plongée à Fakarava était pour moi la promesse d’une expérience privilégiée avec les requins de Polynésie. Par conséquent, je me suis demandé s’il n’y aurait pas un peu trop de monde. Situé dans l’archipel des Tuamotu, Fakarava est le deuxième plus grand atoll de Polynésie française après Rangiroa, avec des dimensions de 60 km de long par 21 km de large.

Une fois sur place, j’ai vite découvert que Rangiroa attire bien plus de visiteurs, au point qu’on mène actuellement des études sur l’impact de la surfréquentation touristique sur les cétacés. Peut-être en raison de disponibilités limitées en matière d’hébergement, j’ai trouvé que Fakarava restait un havre de paix pour les requins.

Fakarava a deux passes de part et d’autre de son lagon intérieur : la passe Garuae au nord et la passe Tumakohua au sud. Le plancton qui se développe dans le lagon s’échappe par ces ouvertures naturelles à travers le récif et attire les espèces pélagiques en grand nombre. Ces passes et leurs populations importantes de requins ont rendu les îles Tuamotu célèbres dans le monde entier.

En raison de son écosystème exceptionnel, l’atoll de Fakarava et ses îlots voisins sont classés réserve de biosphère à l’UNESCO. En lisant le reste de l’article, vous comprendrez facilement pourquoi.

Plongée à Fakarava : la passe Sud de Tumakohua

plongée Fakarava passe sud avec le mur de requins

Pour faire simple, c’était LA plongée la plus incroyable de mon année 2019.

Il n’y a que deux centres de plongée dans la zone de la passe Sud de Fakarava, mais seul le Tetamanu Diving Village est réellement à côté. Cela signifie qu’en y restant vous êtes les premiers à y plonger le matin en seulement quelques minutes. Je vous promets que vous ne regretterez pas le réveil aux aurores vers 6h30 et le petit-déjeuner rapide à 7h00 pour être prêt à plonger à 7h30.

Au moment où les marées créent un courant entrant, le bateau largue les plongeurs après une traversée de 5 min sur le spot surnommé la « piste de ski » qui marque le point de départ de la plongée dérivant de la passe de Tumakohua. La « piste de ski » est une longue pente de sable blanc entre les récifs coralliens. Nous avons passé environ 10 minutes au dessus en chemin vers le premier point d’observation. Juste le temps de dire bonjour à un requin à pointe blanche tranquillement posé sur le sable, et ils étaient là.

Ma première impression a été « bon, l’appellation mur de requins est peu-être un peu exagérée » mais la vérité est que je n’avais jamais vu une telle concentration de requins gris ou d’autres requins d’aussi près.

La passe a plusieurs points d’observation que nous avons visités tout au cours de nos deux plongées matinales avant que les marées ne changent le sens du courant. L’instructeur vous expliquera comment repérer soigneusement un endroit où placer en toute sécurité un doigt sur un morceau de roche pour ne pas endommager le corail pendant les périodes d’observation.

Mes paramètres de plongée

  • Plongée Fakarava passe Sud n°1 : profondeur maximum 24 m – temps de plongée 62 min – température d’eau 28°C
  • Plongée Fakarava passe Sud n°2 : profondeur maximum 22 m – temps de plongée 65 min – température d’eau 28°C

Amoureux des requins, mais pas du feeding ?

La passe Sud de Fakarava est la preuve que nous n’avons pas besoin de nourrir ni d’appâter les requins pour passer un moment dont on se souviendra toute sa vie. Bien qu’il faut parfois accepter que la nature ne soit pas toujours de notre côté, à Fakarava, je dirais qu’il y a 99% de chances de voir ce fameux « mur des requins ». Pour information, la Polynésie française est l’un des trois seuls endroits au monde à avoir une interdiction officielle de toute technique dite de « feeding » ou « baiting » de requins.

Au-delà du nombre extraordinaire de requins, la chose la plus surprenante était peut-être l’accessibilité de cette plongée même pour des débutants. Comme il n’y a pas besoin de plonger plus profond que 20 m, à partir du moment où vous êtes à l’aise avec le léger courant d’une plongée dérivante tranquille, vous pouvez le faire.

Un des meilleurs sites de snorkelling au monde

Si des non-plongeurs vous accompagnent, ils peuvent aussi en profiter ! Le deuxième jour, j’ai passé une matinée entière avec juste mon masque et mon tuba (je vous conseille de porter aussi un lycra anti UV et un leggings). Les instructeurs de plongée peuvent vous déposer un peu plus loin gratuitement en bateau lorsque les plongeurs sortent. Requins à pointe noire, raie aigle, poisson napoléon, coraux de toutes les couleurs… c’est certainement le meilleur spot de randonnée palmée que j’aie vu au monde. Si vous pouvez plonger en apnée sans difficulté à 10-15 m, vous pourrez même voir les requins gris.

Requins de nuit : plonger ou ne pas plonger, telle est la question!

De tous les voyages de plongée que j’ai faits, les chances de faire une plongée de nuit sont finalement pas si fréquentes. Alors, quand on m’a proposé d’ajouter une troisième plongée au coucher du soleil pour terminer ma journée, j’ai sauté sur l’occasion sans trop réfléchir pour être honnête.

Alors que pendant la journée, les requins sont tranquilles et passifs, la nuit, ils chassent. Ce que j’ai réalisé une fois sous l’eau c’est qu’ils sont assez mauvais chasseurs. Ils manquent leur cible au moins la moitié du temps. Bien sûr, j’avais vu les documentaires de Laurent Ballesta. Je savais que dans le noir, avec des centaines de requins tout autour de moi, à la poursuite des mêmes proies, il s’agirait d’une plongée gonflée à l’adrénaline.

Cependant, ce que je n’ai réalisé qu’après un moment, c’est que les requins n’étant pas très doués, le faisceau de nos torches leur était d’une grande aide pour chasser. Alors que mon guide de plongée n’avait qu’en tête de provoquer une frénésie avec sa lampe afin qu’il puisse la capturer avec sa caméra, de mon côté, à un moment, j’ai vu ce que j’ai cru être un poisson-papillon qui tremblait comme une feuille. Cela m’a frappé. J’ai directement changé la direction de ma lampe de plongée et j’ai pensé « allez, va te cacher ». Pour une fois, avec des requins qui nageaient dans toutes les directions possibles, j’avais bien l’impression de ne pas être tout à fait à ma place. Peut-être que toutes les opportunités de plongée de nuit ne devraient pas être saisies.

Explorer l’ilôt de Tetamanu, l’ancienne capitale des Tuamotu

Motu de Tetamanu Sauvage - Fakarava Tuamotu Polynésie

Étonnamment pour un motu (îlot) si éloigné, Tetamanu est l’endroit où la première capitale des îles Tuamotu a été établie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Toujours debout, l’église de Tetamanu a été construite en 1874 et est faite de corail. Les autres bâtiments comme l’hôtel de ville et l’école de cette époque sont encore visibles, mais il ne reste aujourd’hui que des ruines.

Malgré la fausse impression à mon arrivée que Tetamanu était uniquement un petit complexe touristique, il y a en fait toujours un petit village avec quelques maisons. Entre vos plongées et vos séances de snorkeling, partez explorer le motu, aucun risque de se perdre ! Les endroits paradisiaques dont vous pourrez profiter seuls ne manquent pas.

Si vous avez besoin de plus d’action, vous pouvez profiter de l’excursion quotidienne gratuite aux Sables Roses organisée par le Tetamanu Diving Village. Dans mon cas, avec des spots de snorkeling incroyables juste sous mon bungalow, j’ai passé la plupart de mon temps dans l’eau et je n’ai pas pu y aller. J’ai passé trois nuits sur place mais au final deux jours complets seulement en raison du temps de transfert entre les parties nord et sud de l’atoll. Bref, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer.

Plongée à Fakarava : la passe Nord de Garuae

plongée Fakarava passe nord Polynésie

La majorité des centres de plongée de Fakarava se trouvent au nord, near Rotoava. Les débutants peuvent profiter d’une plongée d’initiation dans le lagon pendant que les plongeurs expérimentés peuvent profiter des conditions sportives de la passe de Garuae. Même si les centres de plongée visent l’étale entre les marées, les courants peuvent être forts et il est recommandé de savoir utiliser ses palmes de façon efficace.

La passe Nord de Fakarava est la plus large de Polynésie avec une largeur de 1,6 km. En raison de sa taille et de sa visibilité plus faible, la plongée ne m’a pas autant impressionnée qu’au sud. D’un autre côté, en plus de nombreux requins gris également présents, j’ai vu plus de grands bancs de poissons cochers et de vivaneaux. J’ai eu, par ailleurs, la chance de rencontrer le plus grand poisson napoléon de l’atoll; désolé j’étais trop loin pour prendre une photo correcte, mais il était presque aussi gros qu’une petite voiture !

Mes paramètres de plongée :

  • Plongée Fakarava passe Nord : profondeur maximum 31 m – temps de plongée 48 min – température d’eau 27°C

Dans le nord, j’ai plongé avec O2 Fakarava, qui a un joli centre de plongée au milieu d’une cocoteraie. Il ne leur faut que 20 minutes sur leur bateau semi-rigide pour se rendre à la passe de Garuae, mais ils se rendent également plusieurs fois par semaine à la passe Sud en 90 minutes.

Après ma plongée, le temps que mon équipement s’égouttait au soleil, j’ai profité de quelques instants de pur bonheur à flotter à la surface de ce lagon turquoise.

Explorer les environs du village de Rotoava

Village de Rotoava Fakarava Tuamotu Polynésie

Bien que les avions y atterrissent, je n’ai visité Rotoava qu’au retour de mes deux jours dans le sud de Fakarava. L’atoll des Tuamotu n’est pas seulement là où j’ai vécu la plongée la plus incroyable de mon voyage en Polynésie mais c’est aussi là où j’ai pu m’immerger le plus dans la culture polynésienne.

J’ai eu l’occasion de passer un long moment avec l’association de tourisme locale, qui ce jour-là préparait des surprises pour les arrivées et départs à l’aéroport à l’occasion de la journée mondiale du tourisme le lendemain : colliers de perles noires, chapeaux de palme et couronnes de fleurs. Alors que je tentais de réaliser un panier en palme, un groupe de musique traditionnelle répétait.

Hinano, la cheffe du groupe, a insisté pour que j’essaye avec elle quelques mouvements de danse tahitienne. Elle m’a baptisé « Tiare Iti » (petite fleur en tahitien), a mis des fleurs autour de mon cou, un pagne sur mes hanches et un petit panier sur mon bras droit, il s’en est fallu de peu pour que je me prenne au jeu de la musique et de la chorégraphie qui mime les paroles de façon parfois très drôle (Hinano me traduisait les paroles au fur et à mesure) !

Pour une découverte en petit comité de la culture polynésienne, des anciennes pratiques religieuses aux défis environnementaux actuels, réservez une matinée avec Enoha de Fakarava Tour.

Il m’a emmené tout autour de Rotoava en voiture depuis l’atelier d’huile de coco Teviru jusqu’à la pointe nord de l’atoll. Couvrant avec passion et générosité des sujets allant du véritable sens de « Ia Orana » (bonjour en tahitien) à la façon dont les habitants des Tuamotu tirent le meilleur parti de leurs ressources naturelles limitées tout en les respectant, ma visite culturelle de Fakarava reste mon souvenir le plus marquant de la Polynésie française.

Ma découverte la plus intéressante a été les « marae », ces anciens temples polynésiens à ciel ouvert, dont je n’avais aucune connaissance avant de venir à Fakarava. Enoha vous contera la légende qui unit Fakarava à Raiatea (proche de Bora-Bora) et Hawaï!

Quelle est la meilleure saison pour la plongée à Fakarava?

Snorkelling Fakarava

Vous pouvez voir les requins gris de Fakarava toute l’année. Cependant, vous aurez un temps plus ensoleillé si vous y allez d’avril à novembre (la saison des pluies est l’été austral qui va de novembre à mars).

La température de l’eau est entre 26 et 28°C toute l’année, donc la plupart des gens plongent en shorty 3 mm, mais si vous apportez votre combinaison intégrale de 3 mm ou 5 mm, vous n’aurez pas trop chaud (j’avais ma combinaison 5 mm comme j’allais dans des eaux plus fraîches au Japon après).

Quelques autres points à prendre en considération pour choisir quand plonger à Fakarava:

  • la saison des baleines à bosse va d’août à octobre
  • la saison des requins-marteaux va de février à mars
  • la saison de reproduction des mérous marbrés se déroule entre la mi-juin et début juillet

Où séjourner sur l’atoll de Fakarava, au sud ou au nord ?

Florine Tetamanu Diving Village Fakarava

J’ai résumé du mieux que je pouvais les avantages et les inconvénients de rester dans le nord de Fakarava par rapport au sud. Honnêtement, les deux sont de bonnes options pour des raisons différentes. Ma recommandation si votre budget le permet : 2 nuits au sud et 2 nuits au nord.

Séjour à Fakarava nord

Avantages Inconvénients
Transfert rapide entre l’aéroport et son lieu de séjourLoin du meilleur site de plongée de Fakarava, environ 1h30
Plus de choix d’hébergement
Une option petit budget
Activités culturelles du village

Séjour à Fakarava sud

Avantages Inconvénients
Seulement 2 centres de plongée dans le sud Transfert long depuis l’aéroport, environ 2 heures
Premiers à plonger sur la passe Sud le matinOption la plus coûteuse
Ilôt isolé et calme Pas de connection internet
Pas de connection internet

Dans le sud de Fakarava, je suis restée au Tetamanu Diving Village. C’était un véritable paradis pour les plongeurs. Mon bungalow, au confort sommaire mais mignon, donnait sur un lagon peu profond où de petits requins à pointe noire nageaient au lever et au coucher du soleil. En raison de l’éloignement de l’îlot, tous les repas sont inclus dans le prix et sont pris autour d’une même grande table sous forme de buffet.

Atteindre le village de Tetamanu au sud de Fakarava a été toute une aventure. Après 1h10 de vol, un minibus est venu nous chercher avec d’autres clients à l’aéroport. Nous avons roulé pendant 30 minutes, en récupérant d’autres passagers en chemin, jusqu’au bout de la route où se trouvait une minuscule jetée. Après un démarrage compliqué du moteur, je ne savais pas encore qu’il faudrait environ 70 minutes à bord du petit hors-bord pour atteindre l’île de Tetamanu, la moitié du trajet étant assez mouvementée. Mais à mon arrivée, juste pour le coucher du soleil, tout cela ne comptait plus vraiment…

Dans le nord de Fakarava, la plupart des chambres d’hôtes étaient déjà réservées au moment de ma réservation (3 mois à l’avance), j’ai donc séjourné dans un nouveau lodge près du récif extérieur de l’atoll. Le Teariki Lodge a un emplacement magnifique avec sa nature environnante sauvage et les vagues qui se brisent sur la barrière de corail en arrière-plan. En revanche, sans aucun personnel autour, je me suis sentie un peu isolée quand il y a eu un problème technique avec la lumière dans le bungalow ou que j’ai dû faire sans petit-déjeuner le lendemain matin.

Je recommanderais plutôt le Havaiki Lodge, qui est le plus bel hébergement que j’ai vu sur Fakarava. Juste à côté du lagon, j’y ai déjeuné deux fois, au snack du Requin Dormeur, j’en ai profité pour jeter un coup d’œil aux bungalows. Si vous cherchez une option plus économique, l’un de mes binômes de plongéé était satisfait du camping Tekopa avec pour 3000 CFP par nuit une tente de location incluse.

Comment aller sur l’atoll de Fakarava ?

vue aérienne atoll de Fakarava

La seule solution pratique est de prendre l’avion avec Air Tahiti, l’unique compagnie aérienne domestique de Polynésie française.

Il est possible de s’y rendre en bateau avec les cargos qui ravitaillent les atolls. Cependant, les places sont rares et sont généralement données en priorité aux habitants des îles. Si vous tenez compte du fait que vous ne pourrez pas réserver à l’avance et devrez tenter votre chance au dernier moment, je ne le recommande pas sauf si vous avez 2 ou 3 mois de voyage en Polynésie française.

Après avoir pris mon vol international de Paris à Tahiti via Los Angeles avec Air Tahiti Nui, je n’ai eu qu’à prendre au même aéroport de Papeete-Fa’aa un vol intérieur pour Fakarava. Le vol ne prend que 1h10 et est en général direct, Fakarava étant une escale fréquente pour des vols plus lointains vers Rangiroa ou les Marquises par exemple.

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite email.

Cet article a été rédigé en partenariat avec l’Office du Tourisme de Tahiti et de Air Tahiti Nui. Toutes mes opinions sont personnelles et reflètent honnêtement mon expérience. 

Posted by Florine

  1. Fakarava sud…

    La plongée du bout du bout du monde à la rencontre de ce mur de requins tout de même vraiment impressionnant.
    J’ai eu la chance d’y séjourner 5 jours en 2015 sur un motu non loin de la passe elle-même, totalement déconnectée du monde.
    Là, il n’y avait plus rien, pas même l’agitation relative de la pension où tu as séjourné où j’ai été l’espace d’un après-midi. Pas d’électricité mais des lampes à pétrole, de la cuisine plus que locale mais véritablement savoureuse et cette ambiance particulière de calme côté lagon, de force du côté de l’océan.
    Et puis le vent…

    Un très beau souvenir

    Répondre

    1. Merci pour ce partage d’expérience Hélène, en effet ça devait être très chouette !

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :