Ma Première expérience de plongée dans les cénotes du Mexique

Ce qui m’a amené au Mexique, c’est la promesse d’incroyables aventures sous-marines. Si vous êtes à la recherche de plongées hors du commun, vous entendrez rapidement parler des Cenotes, ces sources mayas, réputées pour offrir des plongées en cavernes et grottes les plus incroyables au monde. Le Mexique est également célèbre pour ses plongées en mer à Cozumel, à Playa del Carmen et à Cancun sur la côte des Caraïbes, mais aussi à Cabo San Lucas en Basse-Californie, sur la côte du Pacifique. Pendant 4 semaines, j’ai parcouru le Mexique de sa capitale à la Riviera Maya. Voici pourquoi le Mexique restera un de mes pays préférés au monde en tant que plongeuse.

Tomber amoureuse du Mexique lors d’un road-trip d’un mois

San Cristobal de las Casas, Mexico

Le Mexique est un pays fascinant. Culturellement, il fait partie de l’Amérique latine, mais fait partie géographiquement de l’Amérique du Nord. Ce détail a toute son importance si vous voulez comprendre son contexte culturel. D’un point de vue européen comme le mien, le Mexique d’aujourd’hui mélange vie quotidienne importée des États-Unis avec ses racines des Aztèques ou Mayas ainsi la culture européenne apportée par les Espagnols.

Ce melting-pot crée un pays avec une culture et une histoire si riche qu’il rend presque nos châteaux médiévaux en Europe ridicules, mais crée en outre une véritable fierté au Mexique. Bâtir une identité tiraillée entre ces trois aspects reste encore un défi. Comprendre pourquoi le Mexique est ce qu’il est et comment il fonctionne prend du temps. Cependant avec mon bagage culturel européen, ma maîtrise de l’espagnol et mon expatriation au Canada, cela m’a donné quelques clés. Avant mon voyage, je connaissais vaguement les pyramides mayas, les fajitas et la tequila… ça doit être à peu près tout !

J’ai parcouru la moitié du pays en bus en 4 semaines. Les étapes de mon voyage ont été :

  • Mexico DF, le district fédéral de sa capitale ;
  • Acapulco, dans l’état du Guerrero ;
  • Puerto Escondido & Oaxaxa, dans l’état d’Oaxaca ;
  • San Cristobal de la Casas & Palenque, dans l’état du Chiapas ;
  • Villahermosa, dans l’état du Tabasco ;
  • Tulum & Playa del Carmen, dans l’état du Quintana-Roo.

J’ai découvert sur place l’histoire précolombienne, longue et complexe, ainsi que la modernité de l’organisation de chaque cité précolombienne de Teotihuacan, Chichén Itza et Palenque. J’ai entendu parler du mouvement zapatiste puis de l’indépendance du Mexique et de l’impact de la Révolution française sur le pays. J’ai goûté aux vrais tacos mexicains, au molle (sauce salée au cacao) et au mezcal (la tequila est un type de mezcal). En visitant la Casa Azul à Coyoacán, j’ai découvert, grâce au travail de Frida Kahlo et de Diego Riviera, la fierté et l’amour de leur pays. Lors de ce voyage, j’ai aussi appris le mot chido (super). C’est maintenant mon mot préféré en espagnol et il décrit exactement mon expérience dans ce pays : surprise et émerveillement !

La Riviera Maya: Yucatan ou Quintana-Roo?

Palay del Carmen, Mexico

La péninsule du Yucatan au Mexique, territoire de l’ancienne civilisation maya, est idéalement située sur les rives de la mer des Caraïbes et ses frontières avec le Belize et le Guatemala. Cette péninsule comprend 3 états : le Yucatan, le Quintana-Roo et Campeche. Celui qui nous intéresse le plus est le Quintana-Roo, un nom curieux pour un endroit bien plus connu : la Riviera Maya.

La Riviera Maya est une destination de rêve rien que par son évocation, mais elle ne décrit pas les véritables trésors qui se cachent dans ses jungles et sous la surface de l’eau. La Riviera Maya est une côte paradisiaque de plages de sable blanc entre Cancun et Tulum, avec, au milieu, Playa del Carmen. Sans même exagérer, je peux dire que cet endroit a tout pour plaire. Laissons de côté Cancun qui, à l’exception des nombreux Américains qui s’y rendent pour le Spring Break, ne représente pas un intérêt réel.

Mon endroit préféré a été Playa del Carmen. Imaginez une magnifique plage, de la jungle, des ruines mayas, une cuisine délicieuse et surtout des aventures uniques de plongée sous-marine. La zone touristique est principalement concentrée sur le front de mer (La Quinta). À partir de la 2e avenue parallèle (La Diez), vous revenez au vrai Mexique avec d’innombrables occasions de vous immerger dans la vie quotidienne (aux prix standards qui vont avec).

Playa Del Carmen offre l’opportunité unique de faire de la plongée en mer et de la plongée en grotte à partir du même point de départ. Le premier jour, vous pouvez faire de la plongée depuis sa belle plage de sable blanc (mes sites préférés sont Tortugas et Barracuda) ou depuis la célèbre île voisine de Cozumel (le ferry vous y conduira en moins d’une heure) avec ses murènes, ses tortues et même un requin-marteau (mon tout premier). Le lendemain, vous monter en voiture en direction de la jungle toute proche pour plonger dans l’eau douce des cénotes.

Plongée dans les cénotes à Playa del Carmen & Tulum

Plonger dans les cénotes fait partie de ma liste des meilleures plongées en Amérique. Impossible de s’ennuyer sur la Riviera Maya. Le véritable défi sera de disposer de suffisamment de temps pour tenter de plonger dans le plus de sites possibles.

Qu’est qu’un cénote ?

Diving in Cenote Mexico

Avez-vous déjà pensé à la plongée en cavernes ou en grotte ? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas obligé d’être un plongeur tech pour pratiquer la plongée en caverne (partie de la grotte où vous pouvez toujours voir et atteindre la lumière du jour et la surface). Il est pourtant vrai que les meilleurs plongeurs spéléo du monde s’y retrouvent pour affûter leur technique dans le labyrinthe sans fin des cénotes du Yucatan. Pour information, les cénotes étaient principalement utilisés par les Mayas comme source d’eau potable, mais aussi parfois comme lieu d’offrandes sacrificielles.

Les origines du mot ne sont pas claires. J’ai trouvé différentes sources d’information avec différentes significations. L’une d’entre elles, Ts’onot, ancien mot maya, ferait référence à un endroit où l’eau est accessible. Pour être un peu plus précis, un cénote est un gouffre formé il y a longtemps par l’effondrement de grottes calcaires (formées à un âge où la mer recouvrait le Yucatan). Les cénotes peuvent être partiellement ou entièrement effondrés, créant ainsi un bassin à l’air libre. La beauté des formes rocheuses, la grâce des nombreuses stalactites et l’effet surprenant des rayons de lumière qui pénètrent dans l’eau en font de véritables merveilles de la nature.

Je peux déjà vous dire que Grand Cenote, Ponderosa, Tajmahal, Dos Ojos, Carwash, Angelita sont des noms que vous n’oublierez jamais après avoir plongé dans le Yucatan. En outre, la proximité de ce système de grottes avec la côte crée un bel effet naturel, comme la nature en a souvent le secret, car l’eau douce de la pluie qui s’infiltre dans les sols et l’eau de mer qui pénètre à travers les fissures de la roche se rejoignent d’une manière on ne peut plus intéressante…


La magie du phénomène d’halocline

Cenote diving Mexico

D’un point de vue géologique, la péninsule du Yucatán est constituée d’un vaste système aquifère côtier. L’eau de pluie qui s’infiltre peut flotter au-dessus de l’eau de mer provenant des fissures côtières car la densité de l’eau de mer est plus élevée à cause du sel.

Ce que nous appelons l’halocline est l’interface entre l’eau douce et l’eau de mer. De la même manière que vous pouvez voir une thermocline (changement brutal de la température de l’eau), le changement de densité dû au sel est bien plus visible et contrasté que dans le cas d’une thermocline. La différence est significative lorsque la lumière se reflète sur la surface de l’eau de mer, qui a une densité supérieure.

Cela donne l’impression de survoler un lac lorsqu’on nage dans la zone d’eau douce : expérience magique assurée ! Le phénomène le plus impressionnant d’halocline que j’ai vu était au cénote de Ponderosa. Le reflet de la lumière sur la couche d’eau de mer était parfait mais la différence de température de l’eau aussi. J’ai mesuré la différence de température de 5°C avec mon ordinateur. La partie amusante consiste donc à garder votre corps dans l’eau de mer chaude tout en gardant la tête dans l’eau douce fraîche. Seul problème : on a plus vraiment envie de remonter en fin de plongée.


Angelita, mon cénote préféré

Cenote Angelita : magique et impressionante - Credit : David Jones, Triton Scuba, Royaume-Uni

Le cénote que j’ai trouvé le plus incroyable était en fait mon tout premier ! Oubliez les formations rocheuses particulières dont je vous ai parlé auparavant, ici ce n’est pas la question… Plonger à Angelita c’est comme vivre une aventure de science-fiction.

La forme du cénote, son atmosphère et son halocline formée d’un « nuage » font de cette plongée une expérience unique : vous descendez tout d’abord dans un trou parfaitement cylindrique d’eau douce. Un court tunnel orné de quelques stalactites peut être exploré à environ 12 m de profondeur en fin de plongée. Lorsque vous arrivez à 30m, un nuage jaunâtre semble flotter. Quelques troncs et branches d’arbres en émergent, créant une atmosphère étrange et fascinante.

Il s’agit en réalité d’un autre type d’halocline en dessous de laquelle se trouve une couche de sulfates créée par la décomposition de toutes les branches et feuilles d’arbre tombées dans le cénote. Attention, à cause de ses sulfates, retirez tous les bijoux que vous pourriez porter, sinon vous les retrouverez noirs à la sortie. Il n’y a pas de problème particulier pour traverser le nuage de sulfates. Grâce au mécanisme de votre régulateur, vous ne respirerez rien d’autre que l’air de votre bouteille. Mais, honnêtement, il n’y avait rien de spécial à y voir, à part qu’il y faisait plus sombre! L’effet de voler au-dessus d’un « lac de nuages » comme sur la photo ci-dessus est le principal intérêt de cette plongée.

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite email.

Crédits photos : pour cet article j’ai utilisé les quelques photos personnelles que j’ai pu sauver suite à la perte de mon appareil photo, tombé dans un cénote du site archéologique de Chichen Itza (!!!). Pour illustrer cet article j’ai utilisé deux photos de Pixabay ainsi que les magnifiques clichés de David Jones de Triton Scuba, au Royaume-Uni (reproduction interdite sans autorisation) grâce à l’aimable coopération de la plus fantastique enseignante de plongée spéléo du Yucatan, Christine Loew de www.diving-caves.com

Posted by Florine

Laisser un commentaire