Plongée à Scapa Flow: un road-trip inoubliable d’Edimbourg aux Orcades

Scapa… Flow… Si vous êtes un passionné de plongée sur épaves, vous connaissez certainement le statut légendaire de cette destination de plongée. Si c’est la première fois que vous en entendez parler, laissez-moi vous raconter son histoire avant de vous expliquer pourquoi vous devez placer Scapa Flow en haut de votre liste de sites à plonger en Europe.

Situé à la pointe nord de l’Écosse, l’archipel des Orcades forme un grand port naturel à l’emplacement hautement stratégique. Scapa Flow est le nom de la mer intérieure formée par les îles d’Hoy, Fara, Flotta, South Ronaldsay, Burray et Orkney.

L’histoire de Scapa Flow, entre Première et Seconde Guerre Mondiale

Novembre 1918. La Première Guerre Mondiale est terminée. Le 11 novembre, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne signent le traité de Versailles, scellant un armistice temporaire. Au même moment, loin de Paris, à l’extrême nord de l’Écosse, la flotte de haute mer de la Marine allemande est stationnée à Scapa Flow en attendant le résultat des négociations.

Le 21 juin 1919, après avoir attendu 9 mois pour recevoir des informations sur les conclusions du traité de l’Armistice, l’amiral allemand Ludwig Van Reuters ordonne de saborder les 74 navires allemands, craignant qu’ils ne tombent aux mains des Britanniques. 52 navires furent coulés, la plupart d’entre eux ont été récupérés dans les années suivantes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Scapa Flow a de nouveau été utilisé comme base navale stratégique. Des U-boats allemands (sous-marins) mènent une attaque tristement célèbre au Royaume-Uni. Le navire Royal Oak coule avec 800 vies à bord (c’est aujourd’hui un sanctuaire militaire où il n’est pas permis de plonger).

C’est suite à cet évènement que les Churchill Barriers, à l’Est de l’archipel des Orcades, sont construites avec des blocs de béton pour éviter que cela ne se reproduise. Les «block ships», ces bateaux initialement coulés pour créer la défense contre les sous-marins, s’étaient révélés de toute évidence inefficace.

Ce sont de ces événements tumultueux qu’est né le plus grand site de plongée sur épaves en Europe. Aujourd’hui, seulement 7 épaves de la flotte allemande de 1919 peuvent être encore explorées par les plongeurs. D’une certaine façon, c’est assez dingue qu’il soit toujours possible de plonger sur ces épaves centenaires en Écosse.

Plongée aux Orcades : Scapa Flow & les Churchill Barriers

Scapa Flow est l’un des sites de plongée sur épaves les plus célèbres au monde. Il était sur ma liste depuis longtemps, alors quand j’ai déménagé en Écosse, j’ai rapidement commencé à planifier mon aventure là-bas.

Les épaves de la Première et de la Seconde Guerre Mondiale aux Churchill Barriers et à Scapa Flow sont si énormes que ce fut mission impossible de prendre des photos et des vidéos d’ensemble correctes avec mon appareil photo compact. Je me suis promis de revenir avec le matériel adéquat un jour, comme par exemple des phares bien plus puissants et un objectif grand angle pour capturer de belles images de ces épaves historiques !

Churchill Barriers : plongées du bord aux Orcades

Sur la recommandation de Scapa Scuba, nous avons commencé nos plongées aux Orcades par une plongée du bord peu profonde pour permettre à une des amies écossaises de suivre son cours de spécialité en combinaison étanche pendant que je m’amusais à prendre des photos et des vidéos sur les épaves. Nous avons plongé sur la barrière n ° 3 (il y en a 4 au total). La profondeur maximale était de 15 m et la plupart des « block-ships » pouvaient être vus depuis la surface.

Sous l’eau, de nombreuses pièces mécaniques et canons sont encore reconnaissables. Ils constituent autant de sujets intéressants à photographier. L’avantage de la faible profondeur aux Churchill Barriers est de pouvoir utiliser la lumière du jour. Pensez bien à regarder sous les épaves, entre la structure métallique et le sable, c’est là où tous les poissons se cachent.

J’ai été surprise de voir de vastes zones des coques couvertes d’ascidies roses autour desquelles se baladaient à l’envers de minuscules crabes araignées suspendus. En raison de la faible profondeur, il est facile de plonger pendant plus de 60 minutes. Il semble aussi que les Churchill Barriers soient également un endroit idéal pour jouer avec les phoques sous l’eau aux Orcades, nous n’avons malheureusement pas eu cette chance.

Scapa Flow : le Graal de la plongée sur épaves

Tous les bateaux de plongée à destination de Scapa Flow partent du port de Stromness. Cette charmante petite ville avec des rues pavées étroites le long du port est un paradis pour les plongeurs. Il y a plusieurs magasins de plongée en ville, les bouteilles remplies d’air, de nitrox ou de trimix s’empilent sur les quais et les bateaux sont pleins d’équipement de plongée tech.

Le bateau de Scapa Scuba partait à 9h30, ce qui pour une fois n’était pas trop tôt et nous a laissé dormir pour une fois un peu. Comme notre cottage au centre de Stromness n’était qu’à 5 minutes à pied du port, c’était encore plus pratique. Nous avons passé la journée en mer avec un arrêt surprise à la pause de midi sur l’île d’Hoy.

Était-ce l’importance historique de ces épaves ? Etait-ce leur taille? Ou, tout l’équipement, le bon état général de ce qu’on y voir à l’intérieur? Je ne suis pas sûre. Ce que je sais, c’est que j’ai compris dès les premiers instants de ma première plongée que je n’avais rien vu de tel.

Les capacités techniques de mon appareil photo ne permettant pas de capturer la magie de ces épaves, j’ai donc décidé de me concentrer sur des détails intéressants, qu’il s’agisse des détails mécaniques des navires ou de la vie marine s’y étant installée.

Sur la deuxième épave, de la Seconde Guerre mondiale, j’ai été impressionnée de voir un filetage presque intact. L’eau froide est-elle donc la raison de l’excellente conservation des épaves ? Difficile à dire, mais pour la mi-septembre, la température de l’eau était à 12°C, ce qui n’est pas si froid.

Du point de vue de la faune marine, la coque des épaves est recouverte de coraux mous orangés. Des vieilles (poissons de la famille des labres) sont venues nager autour de nous tandis que les crabes se cachaient timidement dans les trous de la coque. Les espèces marines qui ont le plus retenu mon attention furent l’étoile de mer surnommée « crachat d’amiral » en Français et « étoile de mer soleil » en Anglais, ainsi que les œillets de mer, de la famille des anémones de mer.

Replongerais-je un jour à Scapa Flow ? Je l’espère ! J’adorerais plonger sur les épaves les plus célèbres telles que le Bummer. Ces sites de plongée sont plus profonds et une spécialité pour la plongée profonde à 40 m est nécessaire. Je recommanderais également d’être certifié nitrox pour prolonger son temps au fond.

Avec qui plonger à Scapa Flow?

Si vous souhaitez vivre la même aventure, je vous recommande vivement de contacter Scapa Scuba. Leurs instructeurs et divemasters sont particulièrement gentils et serviables. J’ai été impressionnée par leur connaissance de l’histoire des Orcades. Tout était parfaitement organisé, y compris le matériel de location pour mon amie. Ils ont également un des plus beaux magasins de plongée que j’aie jamais vu.

www.scapascuba.co.uk

Lifeboat House, Stromness, Orkney, UK

Email: 

Téléphone: +44-1856-851218

Comment visiter les Orcades depuis Edimbourg en 5 jours ?

Je suppose que vous pouvez maintenant comprendre que lorsque vous vivez à 6 heures de route d’un lieu de plongée aussi incroyable, ce n’est qu’une question de temps avant de finalement s’y rendre. J’ai finalement planifié un road trip avec mes amis d’Édimbourg et de Glasgow pour explorer le nord des Highlands.

Si vous venez de plus loin et manquez de temps, vous pouvez prendre un vol depuis de l’aéroport d’Edimbourg vers Kirkwall aux Orcades. Mais cela valait la peine de faire la route. Nous avons calculé que nous avons économisé 50% par rapport au prix du vol en partageant le coût du carburant et du ferry.

Nous n’avions que quatre jours, ce qui est peu pour une telle expédition. En démarrant tôt chaque matin, nous avons toutefois réussi à faire tout le trajet aller-retour, à visiter les plus beaux sites historiques des Orcades et à plonger sur 2 jours.

1er jour – d’Edimbourg à Inverness

C’est le secret qui nous a fait gagner du temps et de la fatigue. Nous sommes partis la veille, un jeudi, et après 3 heures de route, nous nous sommes arrêtés pour la nuit à Inverness, la capitale des Highlands.

Nous en avons profité pour admirer les éclairages nocturnes des ponts sur la rivière Ness et passer la soirée au Hootenanny Pub pour écouter de la musique folk écossaise avec un «dram of scotch» (un verre de whisky).

2e jour – d’Inverness à Stromness

Nous avons quitté Inverness à 6 heures du matin le lendemain pour prendre le premier ferry pour Orkney à Gills Bay, le seul qui permet d’embarquer les véhicules. Vous devez être au terminal au moins 15 minutes avant le départ du ferry. La traversée dure 1 heure, juste assez de temps pour déguster un sandwich à l’œuf et boire un café à la cafétéria du navire. À 10 heures, nous posions enfin le pied aux Orcades. Une longue journée de visites sur l’île principale, Orkney, nous attendait.

Nous avons commencé par la petite chapelle italienne, étonnamment décorée de peintures en trompe-l’œil. Elle a été construite par les prisonniers italiens de la Seconde Guerre mondiale qui travaillaient à la construction des Churchill Barriers. Les prisonniers l’ont construite à partir de baraquements militaires en tôle pour avoir quelque chose qui leur rappellerait leur pays.

L’arrêt suivant était Kirkwall, la ville principale des Orcades. Sa cathédrale St Magnus du XIIe siècle avec sa teinte orangée éclatante et ses sculptures énigmatiques à l’intérieur vaut le détour.

En banlieue de Kirkwall, nous avons aussi visité la distillerie Highland Park et découvert pourquoi il s’agissait d’un des meilleurs whiskys au monde. Il semble que le climat très doux des Orcades (5°C au plus froid en hiver et 14°C au plus chaud en été) et la tourbe locale qui ne contient que des herbes sauvages (il n’y a quasiment pas d’arbre aux Orcades) soient les principales raisons de ses saveurs remarquablement équilibrées.

Nous avons terminé notre journée par le village néolithique de Skara Brae, le plus ancien site archéologique au monde. Il a donné aux Orcades le surnom d’Égypte du Nord. Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO est unique et absolument à voir.

Skara Brae est un ancien village du néolithique avec de petites maisons qui construites sous terre il y a environ 5000 ans av-JC. Compte tenu de l’époque, l’organisation du village, la façon d’utiliser l’espace et les ressources naturelles pour isoler la maison et préparer à manger n’ont stupéfait.

3e – Les Churchill Barriers & le Ring of Brodgar

Le matin de notre deuxième jour aux Orcades, nous sommes partis pour une plongée du bord aux Churchill Barriers. Nous avons eu la chance d’être de retour assez tôt à Stromness pour avoir le temps de visiter le Ring of Brodgar, à seulement 10 minutes en voiture vers le nord.

Ce cercle de pierres dressées quasi-parfait surplombe la mer au milieu d’un champ de bruyère. Si vous avez beau temps, allez y au coucher du soleil pour y faire des photos qui à coup sûr seront splendides.

4e jour – Scapa Flow & l’île d’Hoy

Pour notre troisième jour aux Orcades, nous avons embarqué pour la journée sur le bateau de Scapa Scuba pour plonger au cœur de Scapa Flow entre Orkney et Hoy. Ce fut une belle surprise mais à l’heure du déjeuner, notre bateau s’est arrêté à Hoy où se trouvait la principale base militaire des Orcades. Pendant la Seconde Guerre mondiale, 60 000 personnes vivaient à Hoy. Aujourd’hui, l’île ne compte plus que 500 habitants, il y a donc toute une ville fantôme à explorer si vous aimez l’urbex. 

Nous n’avons eu le temps de visiter que le musée de Lyness dans l’ancien bâtiment de la pompe à essence, mais nous n’avons pas été déçus. Il y avait tant d’objets réunis à regarder: des photos, des uniformes, des coupures de presse, des pièces d’accastillage, des affiches de propagande, etc. On aurait pu y passer des heures pour tenter de mieux comprendre ce qu’il s’est passé. Si vous avez la possibilité d’aller à Hoy, ne manquez cette visite d’autant plus que l’entrée est gratuite !

5e jour – De Stromness à Edinburgh

Nous avons quitté Stromness à 7 heures du matin pour reprendre le premier ferry pour nous diriger vers le sud jusqu’à Édimbourg le jour même tout en faisant quelques arrêts touristiques sur la côte de la région de Caithness.

Notre premier arrêt était John’O Groat, le point le plus au nord de la Grande-Bretagne, mais à l’exception du célèbre panneau indiquant les directions et distances autour du monde, il n’y a pas grand-chose à voir à part quelques boutiques de souvenirs. Un arrêt de 15 minutes suffit.

À une heure de route vers le sud, le château d’Old Keiss et le château de Sinclair ont été en revanche des arrêts incroyables. Nous avons passé au moins une heure sur chaque site. Le premier n’est pas facile à trouver, nous avons dû demander à un fermier de traverser son champ de moutons pour accéder à la plage de galets d’où on a la vue imprenable de la photo ci-dessus. En bonus, alors que nous prenions nos photos nous nous sommes rendu compte qu’une colonie de phoques juste à côté de nous se demandait ce que nous faisions là!

Après une longue route à travers le parc national de Cairngorms, nous étions de retour à Édimbourg à 18h30. Étant la seule conductrice, j’ai bien dormi cette nuit-là.

Où séjourner aux Orcades ?

En tant que plongeur, il faut absolument rester à Stromness près du port! Kirkwall peut être une alternative les jours où vous voulez faire de la plongée aux Churchill Barriers, mais ma préférence va à Stomness qui avait une super ambiance et ressemblait à un village de plongeurs! En effet, c’est de là que tous les bateaux de plongée partent pour explorer Scapa Flow.

Si vous voulez un lieu de villégiature qui en jette, vous pouvez rester à l’hôtel Stromness. J’y suis allée un soir pour un concert car il y avait un festival de musique Blues en ville. L’hôtel est élégamment démodé dans un style so Scottish (j’insiste, ceci est un compliment).

Dans mon cas, en Écosse, je préfère généralement les locations d’appartements ou cottages dits « self-catering » où je peux préparer le petit-déjeuner et le dîner. Un peu plus loin, dans les ruelles du village de Stromness, vous pouvez trouver, comme nous, une petite maison au bord de l’eau pour vous reposer entre vos plongées à Scapa Flow.

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite email.

Posted by Florine

Laisser un commentaire