Ma Péninsule d’Izu: plongée sous-marine & slow travel au Japon

S’il y avait bien une chose de sûr, c’était que je ne voulais pas que mon année sabbatique soit un marathon de visites touristiques, passant de ville en ville tous les 2 jours et au pas de course pour s’assurer que j’avais bien tout vu. J’étais tellement stressée pendant les dernières semaines avant mon départ : Il fallait que je prépare et que je nettoie mon appartement pour ma future locataire, que je fasse mes bagages en sélectionnant soigneusement chaque article, et ce tout en travaillant jusqu’à la fin du mois précédant mon départ.

Ce qui est amusant c’est quelques mois auparavant, j’étais tellement excitée d’avoir un mois complet au Japon pour y faire ce que je voulais. Je pensais que j’ajouterais à mon tour de la Péninsule d’Izu, un voyage au sud du Japon avec un Japan Rail Pass d’une semaine. Plus la date du départ se rapprochait, plus l’idée du Japan Rail Pass me faisait peur. J’avais vraiment besoin de repos. J’ai donc mis l’idée du Japan Rail Pass à la poubelle, et j’ai décidé qu’une carte SUICA chargée pour prendre des trains locaux, moins chers, était parfaitement suffisant. J’irais donc voyager lentement découvrant plus en profondeur une région du Japon que j’ai tant aimé l’année dernière.

Une introduction au « slow travel »

Relaxing at Fudo Falls Yugawara Japan

À première vue, on pourrait croire que pour s’adonner au « slow travel » ou voyage lent, il faut disposer de beaucoup de temps. Cependant, le slow travel est bien plus une attitude vis-à-vis de ses voyages qu’un nombre de jours de vacances disponibles. Bien que je sois en congé sabbatique, cela me donne en effet pas mal de temps et le bon état d’esprit pour ralentir, mais je me suis rendue compte que je pouvais faire des choix similaires en voyage, même lors d’une courte escapade. Les points de vue sur le slow travel divergent mais voici les idées clés auxquelles je me tiens :

  • Arrêter de se mettre la pression de tout, ce n’est pas grave si on a pas fait toute la liste du guide de voyage, il faut aussi suivre son intuition du jour.
  • Donner du temps aux personnes agréables que l’on rencontre en chemin; ils pourraient avoir des infos secrètes à partager que seuls les habitants du coin connaissent.
  • Prendre ce détour qui nous intrigue, il pourrait y avoir quelque chose d’incroyable derrière cette colline.
  • Apprécier les distances et le paysage qui défile depuis la fenêtre d’un train ou du pont d’un ferry.
  • Essayer d’apprendre et de pratiquer autant que possible la langue locale; les gens sont en général agréablement surpris et il n’y a pas de meilleure manière pour se familiariser avec la culture locale et de se faire de nouveaux amis.

Mon itinéraire de 2 semaines au coeur du parc national Fuji-Hakone-Izu

Avant mon arrivée, je m’étais inscrite à deux week-ends de plongée avec Dive Zone Tokyo. Le premier était à Koganezaki et le second à Atami. J’ai donc construit mon itinéraire entre et après ces excursions et j’ai passé au final environ 2 semaines dans la région. Voici la carte de mon tour de la péninsule d’Izu, mais aussi à Yugawara et à Hakone.

Jour 1/2 – Koganezaki

Arari Harbour

Le lendemain de mon arrivée à Tokyo, à 6 heures du matin, je rejoignais mes nouveaux binômes de plongée de Dive Zone Tokyo pour faire du covoiturage en direction de la côte ouest de la péninsule d’Izu. Koganezaki est en effet plus facile d’accès en voiture, contrairement aux autres sites de plongée, où l’on se rend généralement en train. La base de loisirs comprend un camping et un centre de plongée avec des départs du bord, mais depuis le port d’Arari, à seulement quelques minutes en voiture, on peut partir plonger en bateau sur des sites plus profonds.

J’aurais bien aimé explorer plus le coin mais nous étions bien assez occupés par nos plongées . Le dimanche matin avant que tout le monde se lève, j’ai pu malgré tout profiter d’une jolie balade le long de la plage. Je note pour la prochaine fois qu’en allant un peu plus au sud on peut se rendre à Dogeshima, une autre ville thermale de la péninsule qui semble avoir des grottes marines superbes à visiter en bateau.


Plongée à Koganezaki

Les environs sont magnifiques, mais malheureusement, en raison de la mauvaise visibilité du mois de juin, je ne pense pas que je n’ai pas pu apprécier le site sous son meilleur jour. Le premier jour, j’ai fait 2 plongées du bord, et j’ai vu un seul et unique nudibranche alors que c’était censé être l’endroit idéal pour faire de la photo macro dans la péninsule d’Izu. Le deuxième jour, j’ai fait 2 plongées en bateau autour de deux pinacles couverts de coraux mous, j’y ai vu beaucoup plus de poissons, mais la visibilité était tellement réduite que je n’ai compris comment l’autre palanquée a pu voir ces fameuses raies aigles !

Paramètres de plongée du bord :

# 1 profondeur maximale 15 m – temps de plongée 50 min – température de l’eau 21 ° C

# 2 profondeur maximale 18 m – temps de plongée 37 min – température de l’eau 21 ° C

Paramètres de plongée en bateau :

# 1 profondeur maximale 21 m – temps de plongée 33 min – température de l’eau 19 ° C

# 2 profondeur maximale 28 m – temps de plongée 34 min – température de l’eau 19 ° C

Jour 3/6 – Yugawara

Alors que la partie du centre-ville, le long de la côte, n’a que très peu d’intérêt, sauf peut-être le bain thermal pour les mains à la sortie de la gare, la partie de Yugawara qui monte dans les montagnes est incroyablement belle et paisible. Je ne pouvais pas trouver de meilleur endroit pour me poser et me reposer. J’ai appris plus tard que Yugawara Onsen était depuis plus d’un siècle un lieu de villégiature plébiscité par les écrivains japonais, si ça ce n’est pas une coïncidence!

Lors d’une de mes promenades, je suis tombée sur le magnifique parc de Manyo par hasard, en gravissant par curiosité un escalier qui était en fait l’entrée du parc. On y voit d’abord deux jolies petites cascades, et au fur et à mesure que l’on monte dans le parc, on y croise des belvédères, de petits temples Shinto, des portes torii rouges et tout au bout du parc, le parc thermal de « Doppo no Yu ». L’entrée est à seulement 300 ¥ (2,50 €), et vous pouvez également vous faire masser pendant 15 minutes pour 1000 ¥ (8 €), un super bon plan !


Où séjourner à Yugawara ?

Ryokan Tokyo: J’ai eu la chance de trouver cette auberge japonaise moderne et traditionnelle à la fois dans les montagnes de Yugawara. L’hôtel dispose de chambres traditionnelles sur tatami privées et d’un dortoir mixte, toutes parfaitement agencées et impeccablement propres. J’ai adoré tout le temps que j’ai passé à barboter dans l’eau chaude (très chaude!) de l’onsen et à regarder les montagnes verdoyantes depuis les baies vitrées du café dans mon joli yukata. Ce n’était pas un problème pour moi, mais vous devez savoir que la rue qui va à l’hôtel depuis l’arrêt de bus est raide, vraiment raide. J’ai pris un taxi à mon arrivée car j’ai raté l’opportunité de leur navette gratuite deux fois par jour, j’ai payé 1500 ¥ (12 €). Ensuite, chaque trajet que j’ai pris avec le bus était à environ 250 ¥ (2 €). Au mois de juin, pour mon lit dans le dortoir avec l’accès illimité à l’onsen, j’ai payé 25 € la nuit.

Jour 7 – Hakone

Grâce à la ligne de bus directe entre Yugawara et Hakone, j’ai décidé de partir en excursion pour le dernier jour de mon séjour à Yugawara dans cette destination touristique très connue au Japon. Le prix du billet était d’environ 1100¥ (9€ / £8). Le bus passe par les montagnes entre Yugawara et Hakone, et comme il était encore tôt le matin, j’ai pu profiter d’une vue dégagée sur le Mont Fuji depuis le sommet.

La différence avec le calme de Yugawara était spectaculaire, car Hakone est une ville touristique, avec ses attractions et ses boutiques de souvenirs à ne plus savoir qu’en faire. En prenant mon temps de me balader à pied, j’ai néanmoins passé un moment agréable, surtout dans la zone du sanctuaire de Hakone. Après une belle promenade dans le parc qui entoure le sanctuaire, j’ai trouvé un tout petit restaurant qui servait des nouilles soba froides et de la glace au matcha, juste ce qu’il me fallait pour passer une bonne journée.

J’ai décidé de retourner à pied à la gare routière principale pour aller voir l’avenue des Cèdres et le parc Onshi-Hakone. Pour mon plus grand plaisir, ce joli parc floral semble avoir été oublié par les touristes. Pourtant il dispose d’un point de vue magnifique sur le lac Ashinoko (si vous avez de la chance, vous verrez peut-être aussi le mont Fuji en arrière-plan).

Jour 8/9 – Atami

La ville d’Atami est la porte d’entrée de la péninsule d’Izu en provenance de Tokyo. C’est un endroit assez populaire pour les Tokyoïtes qui viennent se relaxer aux sources chaudes le temps d’un week-end, mais c’est plus dû à son emplacement pratique qu’à ses paysages. La ville en elle-même n’est pas très intéressante ni très belle, mais en y passant 2 jours et 1 nuit, on a la possibilité de faire de la plongée sous-marine sur 2 sites intéressants.

Plongée à Atami

A seulement 5 minutes de bateau du port d’Atami, on peut partir plonger sur une très belle épave. Si vous aimez les coraux mous multicolores (jaune, violet, rose et orange) sachez que l’épave d’Atami en est entièrement couverte. Il y a de nombreuses parties intéressantes à explorer sur cette épave de 81 m de long dont sa proue et son treuil. En longeant sa coque on arrive au niveau du trou qui a fait couler le bateau et on peut ainsi voir l’intérieur avec une bonne lampe de plongée.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous, la visibilité était faible avec de nombreuses particules en suspension comme de la neige dans l’eau. Pourtant, cela reste l’une de mes plongées préférées dans la péninsule d’Izu et peut-être aussi l’une de mes plongées préférées sur épave.

Paramètres de plongée en bateau :

# 1 profondeur maximale 24 m – temps de plongée 35 min – température en juin 19 ° C

# 2 profondeur maximale 28 m – temps de plongée 34 min – température en juin 19 ° C


Plongée à Hatsushima

A seulement 25 minutes de ferry d’Atami, la toute petite île de Hatsu offre une côte rocheuse dans sa partie la moins profonde où se cachent un grand nombre de murènes et de nudibranches. Lors de ma première plongée, j’ai vu un énorme lièvre de mer, si gros que je me suis demandée s’il s’agissait bien d’un animal. En nageant plus loin, des structures ressemblant à des cages ont été installées sur un fond sablonneux pour créer un récif artificiel qui attire de nombreux poissons. Sur le chemin du retour, j’ai eu la chance de voir une raie guitare et de nombreuses murènes dragons.

Paramètres de plongée du bord :

# 1 profondeur maximale 19 m – temps de plongée 46 min – température en juin 20°C

# 2 profondeur maximale 23 m – temps de plongée 38 min – température en juin 20°C

Jour 10/13 – Shimoda

Hydrangea Shimoda Park Izu Peninsula Japan

Situé à la pointe sud de la péninsule d’Izu, je suis totalement tombée sous le charme de Shimoda. Que ce soit en centre-ville ou dans ses environs, il y en a pour tous les goûts, mais surtout pour les amateurs de sports de plein air et de nature. Malheureusement, j’ai raté l’occasion d’organiser une plongée sur l’île de Mikimoto, au départ de Shimoda, célèbre pour ses requins-marteaux, mais comme la saison est en juillet/août, je n’ai apparemment pas manqué grand-chose.

Lors de mon premier jour à Shimoda, je suis allée au centre-ville car j’avais besoin de faire des courses. Il m’a fallu 30 minutes de mon auberge en marchant le long de la baie intérieure de Shimoda pour atteindre la gare autour de laquelle se trouvent la plupart des magasins. J’ai ensuite utilisé le bus pour environ 220 à 300 ¥ à chaque trajet.

J’ai en profité pour découvrir le parc de Shimoda et par la même occasion l’histoire du Commodore Perry. Il a mis fin aux 220 ans d’isolement volontaire du Japon en signant un traité commercial avec les États-Unis à Shimoda en 1853. C’est ainsi qu’une belle allée le long d’un canal porte désormais son nom. C’est l’endroit idéal pour une pause déjeuner ou un café glacé.

J’ai eu de la chance de visiter Shimoda en juin car c’est à ce moment que les jardins d’hortensias sont en pleine floraison. Toute simplement incroyable! Je n’en ai jamais vu autant bien que ces fleurs soient communes dans l’Ouest de la France. Comme le parc de Shimoda est sur une colline, préparez-vous à une bonne montée à travers les jardins d’hortensias, mais le point de vue sur le centre-ville de Shimoda à travers les fleurs et entouré de collines verdoyantes (en fait des anciens volcans) est juste exceptionnel.


Plage de Shirahama

Quand je suis arrivée à mon auberge, on m’a gentiment remis une brochure sur ce qu’il faut visiter autour de Shimoda. J’ai rapidement remarqué une magnifique photo d’une porte torii rouge avec l’océan et les îles d’Izu en arrière-plan. Cependant, je devais d’abord attendre la fin du petit typhon qui a commencé le jour de mon arrivée à Shimoda. Deux jours plus tard, par un temps fantastique et un ciel bleu éclatant, j’ai pris le bus en direction de Shirahama qui par chance s’arrêtait à proximité de mon auberge.

J’ai d’abord visité le sanctuaire Shinto et acheté un talisman pour me protéger en mer lors de mes plongées (il est dans une petite pochette plastique étanche que j’ai pu attacher à ma stab). J’ai finalement trouvé cette fameuse porte torii à l’arrière du sanctuaire, sur le côté gauche de la plage de Shirahama.

J’ai ensuite remonté toute la plage les pieds dans l’eau en regardant les surfeurs prendre les meilleures vagues. Après une pause café glacé au Hana Café, à l’ambiance hawaïenne et avec le meilleur point de vue sur la plage de Shirahama, je suis rentrée à mon auberge à pied en 30 minutes environ.


Ilot d’Ebisu et Cap Tusmekizaki

Avec la côte de Jogazaki, la péninsule de Suzuki est l’autre endroit où l’on peut voir des traces de l’activité des volcans sous-marins qui ont façonné la péninsule d’Izu il y a quelques millions d’années. A Ebisujima, vous pouvez encore voir des roches stratifiées formées par les cendres de ces volcans sous-marins, et à Tsumekizaki on trouve des colonnes basaltiques.

Tsumekizaki et Ebisujima peuvent être visitées en utilisant la même ligne de bus en une demi-journée. Cette ligne de bus compte seulement 1 à 2 bus par heure, donc si vous manquez votre bus à l’aller comme moi, pour information j’ai atteint Suzaki en 40 minutes de marche depuis Shimoda. Autour d’Ebisujima et de Tsumekizaki, on peut voir de vieilles dames plonger en apnée pour « pêcher » des algues. Cela m’a inspiré, et comme j’avais mis mon masque de plongée dans mon sac à dos, j’en ai profité pour faire un tour sous l’eau depuis la plage de Tsumekizaki.


Où séjourner à Shimoda ?

Auberge Shimodasou: Quelle excellente surprise quand je suis arrivée et qu’on m’a montré ma chambre, une chambre de style japonais immense rien que pour moi! Il y avait tout ce dont j’avais besoin pour mon séjour de 3 nuits, y compris un frigo et une bouilloire, donc je pouvais facilement prendre mon petit déjeuner et dîner après avoir fait des courses en ville. La salle de bain est partagée, mais cela ne me dérangeait pas car j’adorais aller à l’onsen tous les jours pour prendre mon bain. Au fait, c’est un aussi un endroit qui accueille les bras ouverts les personnes tatouées. Cette auberge fonctionne principalement avec les surfeurs qui visitent Shirahama, donc l’atmosphère est détendue. En juin, j’ai payé seulement 34 € pour ma chambre privée de style japonais avec accès illimité à l’onsen. Obtenez 25€ de réduction sur votre première réservation Airbnb avec ce lien.

Jour 14 – Jogazaki-Kaigan

Jogazaki Coast Isu Peninsula Japan

Je connaissais déjà Jogazaki Kaigan car c’est là où j’ai plongé pour la première fois au Japon l’année précédente à l’Izu Ocean Park. Mais je n’avais pas eu l’occasion de parcourir le sentier côtier de Jogazaki. A l’occasion de mon retour en train depuis Shimoda vers Tokyo, le dernier jour, j’ai mis mon sac dans un casier à la gare et j’ai fait une escale à Jogazaki qui se trouve à peu près à mi-chemin entre Shimoda et Atami.

Le sentier se trouve à 20 minutes de marche de la gare ou à 1100¥ (9€ / £8) de taxi. L’entrée du parc est gratuite. La vue sur les falaises volcaniques formées par la lave de l’éruption du mont Omuro il y a environ 4 000 ans vaut le détour. En parlant du mont Omuro, n’hésitez pas à monter en haut du phare, d’où vous pourrez admirer sa forme conique parfaite et sa belle couleur verte. L’attraction principale du sentier est le pont suspendu qui se trouve à 23 m au-dessus de l’eau. Vous pouvez continuer à explorer la côte de Jogazaki après le pont en descendant avec précaution dans l’une des criques.

Profiter des sources chaudes « onsen » même si l’on est tatoué

Tatto friendly onsen Ryokan Tokyo in Yugawara Japan

Si vous n’êtes pas encore au courant, les tatouages sont un grand tabou au Japon. Malheureusement associé aux Yakuzas (mafia japonaise), porter des tatouages est toujours considéré comme une très mauvaise chose. Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, mes tatouages ne sont pas quelque chose que je peux facilement cacher. Donc, si comme moi vous avez des tatouages (grands ou petits, cela n’a pas d’importance), faut-il abandonner de profiter l’une des meilleures expériences que l’on puisse avoir au Japon ?

La réponse est non ! Les choses changent, lentement, et certains Japonais comprennent qu’il s’agit de «mode», comme on me l’a dit une fois avec beaucoup de gentillesse. Cependant, ne soyez pas trop enthousiaste, vous devrez faire vos recherches car la majorité des endroits est encore très conservatrice (en dehors de mon auberge à Yugawara, je suis allée interroger les autres auberges aux alentours, et aucun endroit ne m’accepterait sauf si je prenais une chambre de luxe avec salle de bain privée).

Comment les trouver? Il y a maintenant des sites web listant les endroits « tattoo-friendly ». Une règle de base est toujours de vérifier si quelqu’un a laissé un commentaire sur les tatouages sur les sites de réservation d’hôtels. Voici quelques liens qui vous aideront à chercher l’endroit parfait :

  • Tattoo Spot (seulement en japonais mais utilisez google translate pour naviguer c’est comme ça que j’ai trouvé ma guesthouse à Yugawara)
  • Tattoo Friendly Map

Une fois l’endroit idéal identifié, assurez-vous de suivre les règles d’usage d’un onsen (en anglais). Mes meilleures expériences de onsen ont été à Yugawara au Ryokan Tokyo et à Shimoda à l’auberge Shimodasou. Comme juin est la basse saison, j’avais l’onsen pour moi seule à chaque fois. Les installations sont généralement entièrement équipées avec des casiers, de savon, shampoing, après-shampoing et des sèche-cheveux. J’ai tellement aimé prendre ma douche et me relaxer dans l’onsen que j’y allais matin et soir. On est jamais trop propres, n’est-ce pas ?

Ce que je retiens de ma retraite au Japon en mode « slow travel »

Doppo no Yu foot spa Yugawara Japan
  • A propos du « slow travel »: Absolument aucun regret. Oui, bien sûr que j’aurais pu visiter Hiroshima, Himeji et Nara que je n’ai jamais vus, mais faire la course pendant les 2 premières semaines de ma plus grande aventure, non merci! J’ai pu vivre dans chaque endroit que j’ai visité, prendre le temps de rencontrer des gens et me faire de nouveaux amis, prendre le temps de respirer, de vivre et de m’étonner de la beauté qui m’entourait sans aucune to-do list.
  • A propos de la plongée dans la péninsule d’Izu en juin: C’est le début de la saison de plongée en combinaison humide, alors j’ai pu plonger avec ma 7 mm avec une cagoule et des gants car l’eau était entre 19 et 21°C. Cependant, parce que c’est le moment où l’eau se réchauffe rapidement, c’est aussi le moment où les algues se développent et réduisent considérablement la visibilité. J’ai hâte d’y retourner à l’automne avec une eau plus chaude et une meilleure visibilité.
  • A propos de rejoindre un groupe local de plongée: je ne le dirai jamais assez, mais voyager seul quand on est plongeur ce n’est pas tout à fait la même chose. En allant de centres de plongée en centres de plongée, vous rencontrez en chemin des personnes partageant la même passion que vous. C’est tellement agréable d’avoir une nouvelle famille de plongée ici au Japon en seulement 2 week-ends de plongée à Izu. Je dois reconnaître que sans l’aide de Dive Zone Tokyo, les 2 week-ends de plongée que j’ai passés à Koganezaki et Atami, y compris les séjours en minshuku (chambre japonaise partagée), les délicieux plats japonais servis dans notre chambre et même le jacuzzi privé, n’auraient pas été possible. Je suis tellement contente de faire maintenant partie de l’équipe !
  • À propos de mes compétences linguistiques en japonais: Je n’ai toujours pas trouvé le temps d’ouvrir le livre de japonais que j’avais utilisé pendant mes cours lorsque j’habitais en Écosse. Cela finira par arriver. Le simple fait d’être en immersion totale fait déjà des miracles. Mon cerveau est en mode d’apprentissage constant, me rappelant tout le vocabulaire et la grammaire que j’ai appris il y a quelques années grâce à tous ces stimuli quotidiens. Pour le moment, je ne suis pas capable de tenir une conversation élaborée, mais je suis capable de me présenter, et de commander à manger et à boire. Mon objectif ? Être capable de réserver et faire un voyage de plongée autonome dans des endroits plus reculés du Japon où vous ne pouvez quasiment pas aller si vous ne parlez pas japonais… Défi accepté!

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles directement dans votre boite email.

Credits photo: Vue aérienne de Koganezaki par Yijie Gu et la moitié des photos sous-marine de Koganezaki par Oleg Dyachkin, tous les deux membres de Dive Zone Tokyo.

Posted by Florine

  1. Bonjour florine. Merci pour ce super blog. Je pars 13 jours au japon cette été fin aout et etant fan de plongée je cherchais des infos pour me poser 2 ou 3 jours en mode balnéaire avec plongée avec mes 2 ados qui on tous les deux maintenant leur niveau 1..

    Quel site me conseillerais tu en particulier. Sachant que nous aurons une voiture pour nous déplacer.

    Répondre

    1. Un beau voyage en perspective! La question est: parlez vous anglais ou japonais?

      Répondre

  2. bonjour seulement anglais malheureusement

    Répondre

    1. N’hésitez pas à contacter Dive Zone Tokyo alors, weekends de plongée organisés au départ de Tokyo!

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :