Visiter Tokyo en chemin vers le Pacifique : mon guide complet

Après avoir vécu à Tokyo pendant 4 mois, je peux désormais vous donner tous mes meilleurs conseils pour explorer la capitale japonaise. Fin 2017, alors que je me rendais à Hawaï en passant par Tokyo, je me suis rendue compte que Tokyo était en fait une escale parfaite en chemin vers les meilleures destinations de plongée du Pacifique. C’est ainsi que m’est venue l’idée d’écrire ce guide sur comment visiter Tokyo en chemin vers le Pacifique. Que vous ne passiez que six heures à Narita ou quelques jours à Tokyo, ne vous ne regretterez pas votre immersion dans la culture japonaise.

Si vous êtes détendeur d’un passeport d’un des 68 pays exemptés de visa pour visiter le Japon, visiter Tokyo se fait sans préparation particulière. Des pays comme la France ou le Canada peuvent rester au Japon jusqu’à 90 jours sans visa pour des raisons touristiques. Vérifiez si votre pays figure sur la liste du site officiel du ministère des Affaires étrangères du Japon.

D’autre part, n’ayez pas peur de la barrière de la langue. Même si cela peut être encore un peu compliqué dans les zones rurales du Japon, Tokyo se prépare sérieusement pour les Jeux olympiques de 2020. Depuis mon premier voyage au Japon en 2010, la disponibilité des services en anglais s’est considérablement améliorée (même si vous ne parlez pas anglais au moins vous pourrez lire les panneaux de signalisation). À propos, pas besoin d’acheter une carte SIM lors de votre escale, il y a tellement de points d’accès Wi-Fi gratuits à Tokyo que cela devrait être plus que suffisant pour la durée de votre séjour.

Où peut-on aller dans le Pacifique depuis Tokyo ?

scuba diver in Tokyo

Qui aurait cru que Tokyo soit l’escale parfaite en chemin vers le Pacifique ?

En 7 voyages au Japon, j’ai déjà eu l’occasion d’explorer 3 destinations incroyables de plongée sous-marine depuis Tokyo :

  • Okinawa : C’est la destination tropicale de plongée sous-marine la plus proche de Tokyo. Si vous souhaitez passer l’intégralité de votre séjour au Japon, une visite de Tokyo avec quelques excursions à la journée et un séjour de plongée à Okinawa se combinent très bien. Depuis l’aéroport de Haneda, vous pouvez prendre un vol direct pour Okinawa Honto (île principale d’Okinawa), Miyako ou Ishigaki en seulement 2 à 3 heures. En savoir plus sur la plongée à Okinawa.
  • Hawaï : En provenance d’Europe, c’est un peu plus long de partir à l’est plutôt que de faire une escale en Californie. En revanche si vous avez déjà visité les États-Unis, une escale au Japon est une alternative exotique qui peut être intéressante. Vous comprendrez également mieux à quel point la culture japonaise a influencé le mode de vie hawaïen. Depuis les aéroports de Haneda ou de Narita, vous pouvez rejoindre directement Honolulu, sur l’île d’Oahu, et Kona, sur Big Island, en 8 à 9 heures. En savoir plus sur la plongée à Hawaï.
  • Nouvelle-Calédonie : Dans le cas de la Nouvelle-Calédonie, le moyen le plus court pour se rendre à Nouméa depuis l’Europe est via Tokyo-Narita avec Aircalin. Faire une longue escale au Japon avant de prendre mon vol pour Nouméa-La Tontouta était idéal. En savoir plus sur la plongée sous-marine en Nouvelle-Calédonie.

J’ai aussi envisagé de retourner plonger à Malapascua, aux Philippines, sur un vol de 5 h 30, ou à Bali, en Indonésie, sur un vol de 7 h 30, mais j’avoue que c’est trop tentant d’explorer de nouvelles destinations dans le Pacifique ! Je mettrai certainement cette liste à jour très bientôt.

 

Quelle est la façon la plus pratique de rejoindre le centre de Tokyo depuis ses aéroports ?

Shibuya Crossing Tokyo Japan

Le carrefour de Shibuya vu depuis l’observatoire du centre commercial Magnet 109

Tokyo possède 2 aéroports internationaux : Narita et Haneda. Haneda est l’aéroport le plus proche du centre-ville de Tokyo. C’est le choix le plus pratique, mais il y a un peu moins de choix pour les vols internationaux. Si vous allez en direction du sud de Tokyo, le trajet avec la ligne monorail de Haneda peut prendre moins de 30 minutes. L’aéroport de Narita est quant à lui beaucoup plus éloigné, dans la préfecture de Chiba. La durée minimale du trajet jusqu’à l’aéroport de Narita est d’environ 1 heure, mais elle peut facilement aller jusqu’à 2 heures, selon le type de transport. Assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour vous rendre à l’aéroport au retour. En règle générale, prévoyez d’arriver à l’aéroport au moins 2 heures avant votre vol.

Pour information, se déplacer à Tokyo est facile et efficace grâce à ses lignes de métro et de train. Ne vous inquiétez pas de ne pas savoir lire le japonais, tous les panneaux et les annonces sont aussi en anglais. Si vous prenez le métro plus de 3 ou 4 fois par jour, il peut être intéressant d’acheter un billet 24 heures de Tokyo Metro à 600 ¥ (environ 5 €). Attention, il y a différentes compagnies de métro et de train à Tokyo, vous pouvez utiliser ce forfait uniquement sur les lignes de Tokyo Metro, mais la couverture est suffisante. Pour information, le prix du billet simple va de 170 ¥ et 400 ¥ en fonction du nombre de stations que vous parcourez. Vous pouvez donc calculer facilement si ce ticket est rentable.

Voici ci-dessous mes meilleurs conseils pour voyager efficacement entre le centre-ville de Tokyo et les aéroports (remarque : je ne recommande pas les lignes de « limousine bus », je les ai pris une fois et je me suis retrouvée coincée dans la circulation pendant plus de 2 heures) :

  • Tokyo Metro / Toei Subway / JR : c’est l’option la moins chère avec un prix total d’environ 1500 ¥ (environ 12 €) avec la ligne Asakusa de Toei Subway jusqu’à Narita, mais soyez prêt pour un long voyage de 2 heures avec un changement de train à prévoir. Si vous vous rendez à Haneda, vous rejoindrez la ligne de monorail de Haneda à la gare de Hamamatsuchō via la ligne Yamanote de la JR (Japan Rail). Cela prend seulement 13 minutes pour aller de Hamamatsuchō à l’aéroport de Haneda, et le billet coûte seulement 490 ¥ (environ 4 €) auquel vous ajouterez le coût de votre billet pour vous rendre à la gare de Hamamatsuchō (entre 200 ¥ et 400 ¥).
  • Narita Express : C’est l’option la plus rapide et la plus confortable si vous vous rendez à l’est ou au sud de Tokyo depuis l’aéroport de Narita, par exemple, à la gare de Tokyo ou à la gare de Shinagawa. Il faut environ 60 minutes entre la gare de Tokyo et l’aéroport de Narita. Le billet aller simple depuis / vers la gare de Tokyo coûte 3 020 ¥ (environ 24 €), mais vous pouvez obtenir un aller-retour au prix spécial de 4 000 ¥ (environ 32 €).
  • Keisei Skyliner : C’est l’option la plus rapide et la plus confortable si vous vous rendez au nord ou à l’ouest de Tokyo depuis l’aéroport de Narita, par exemple les gares d’Ueno ou de Shinjuku. Le billet aller simple depuis / vers Ueno ou la gare de Nippori coûte 2 470 ¥ (environ 20 €) si vous prenez le train express, mais si vous n’êtes pas pressé, vous pouvez monter dans un train « limited express » à seulement 1 030 ¥ (environ 8 €) ! Le train express ne prend que 36 minutes de la gare de Nippori et il faut environ 50 minutes avec le limited express. Le Skyliner est maintenant mon moyen de transport préféré pour l’aéroport de Narita.

Combien de temps avez-vous pour visiter Tokyo ?

Tokyo Tower view at sunset from WTC Hamamatsucho Tokyo Japan

Coucher de soleil sur la Tokyo Tower depuis la tour du World Trade Center

Il est possible d’avoir du temps pour une escale dans le cadre de votre vol en correspondance ou en réservant des billets d’avion séparés. N’oubliez pas de demander si votre compagnie aérienne propose des escales gratuites. C’est le cas d’Aircalin sur le chemin de la Nouvelle-Calédonie par exemple. Voici une idée générale sur ce que l’on peut faire à Tokyo le temps de son escale :

  • Moins de 6 heures : Si vous atterrissez à Narita, compte tenu du temps et de la distance qui vous sépare de Tokyo, je vous recommanderais de jeter un coup d’œil au programme d’escale gratuit proposé par l’aéroport de Narita. Si votre aéroport est Haneda, vous pouvez vous aventurer en ville en explorant les alentours autour de la gare de Hamamatsuchō, où vous pourrez monter à l’observatoire du World Trade Center pour l’une des plus belles vues de Tokyo. Si le temps le permet, vous pourrez vous rendre aux jardins Hamarikyū, qui sont à 10 minutes à pied.
  • Moins de 24 heures : explorez l’un de mes quartiers préférés, choisissez un point de vue ou un parc à visiter.
  • 2 jours / 1 nuit : Explorez 2 de mes quartiers préférés, choisissez un point de vue et un parc, visitez Shibuya ou Shinjuku pour diner.
  • 3 jours / 2 nuits : Explorez 3 de mes quartiers préférés, choisissez un point de vue et un parc, explorez Shibuya et à Shinjuku lors de vos diners.

Si vous souhaitez rester plus longtemps, c’est bien sûr possible, mais cela dépendra surtout du nombre de jours de vacances que vous avez au total. Il existe de nombreuses possibilités d’excursions à la journée depuis Tokyo, y compris en direction du mythique Mont Fuji, ce qui vous permet d’étendre facilement votre séjour à une semaine sans vous ruiner. Le train à grande vitesse Shinkansen permet même de faire un saut à Kyoto en seulement 2 heures pour un jour ou deux, mais il ne faut pas oublier qu’un billet aller-retour coûte 27 420 ¥ (environ 218 €). Rester une semaine à Tokyo vous permettrait même de plonger dans la région de Tokyo en saison estivale. Vous trouverez ci-dessous les liens vers les articles que j’ai écrits sur la plongée sous-marine dans les environs de Tokyo :

 

Mes quartiers préférés de Tokyo

Jusqu’à présent, j’ai exploré 18 quartiers de Tokyo, mais certains ont un plus grand intérêt touristique que d’autres pour s’immerger dans la culture locale. Il y a bien sûr d’autres quartiers que j’aime beaucoup, mais lors d’une escale ou d’une première visite à Tokyo, j’ai décidé de réduire la liste à ces 4 quartiers ci-dessous. En ce qui concerne Shibuya et Shinjuku, ce sont des endroits réputés de Tokyo, mais surtout pour leurs magasins, leurs restaurants et leurs bars. Veuillez-vous reporter aux autres sections de cet article (points de vue, parcs et endroits où manger) pour connaître mes recommandations pour ces quartiers.

Akihabara

La Mecque de tous les otakus et des gamers a longtemps été mon quartier préféré à Tokyo. J’adorais les néons et l’énergie de la « ville électrique » de Tokyo. Bien que je pense toujours que pour une première visite à Tokyo c’est vraiment à voir, j’ai récemment été un peu déçue, surtout après y avoir passé 48 heures à trouver une solution après avoir explosé mon ordinateur portable et réalisé que ce n’était plus ce que c’était pour tout ce qui était appareils électroniques.

Mes adresses préférées à Akihabara :

  • Mandarake Complex : réveillez l’otaku qui sommeille en vous et plongez dans le monde des collectionneurs de mangas. Personnellement, c’est là que j’ai pu compléter ma collection avec la dernière édition spéciale de mon manga préféré.
  • Sofmap : Acheter des produits électroniques bon marché à Akihabara appartient désormais au passé avec les sites de e-commerce. La seule chose qui reste intéressante à Akihabara est l’achat d’occasion. En raison d’un système de recyclage assez intelligent au Japon, il est moins coûteux de donner vos vieux appareils électroniques à ces magasins que de s’en débarrasser. Sachant que les Japonais renouvellent souvent leurs appareils électroniques, il s’agit d’une excellente opportunité de trouver un smartphone ou un appareil photo presque neuf à un prix incroyable !
  • @Home Café : Ce célèbre « maid café » d’Akihabara m’a fait changer d’idée d’un lieu glauque à un temple du kawaii. Même en tant que fille, j’aime l’ambiance et le menu toujours kawaii bien que de qualité moyenne. Attention toutefois au coût, chacune de mes visites m’a coûté jusqu’à 2 000 ¥ (environ 16 €).

 

Asakusa

Asakusa est le quartier historique de Tokyo et le site touristique numéro 1. Si vous voulez profiter du cadre fabuleux du temple de Senso-Ji, je vous recommande de vous lever de bonne heure et de vous y rendre dès le lever du soleil. Même si les boutiques de la rue de Nakamise vendent surtout des souvenirs de qualité médiocre, j’aime toujours autant revenir dans ce quartier.

Mes adresses préférées à Asakusa :

  • Kagetsudon : Si vous avez envie d’une collation sucrée, je vous recommande de goûter à leur délicieux melonpan fourré à la glace au thé matcha avec un thé matcha au lait. C’est énorme et calorique, il vaut le partager avec quelqu’un, mais qu’est-ce que c’est bon ! La galerie où se trouve la boutique est très sympa et il y a de jolies boutiques pour acheter des souvenirs.
  • Rue Kappabashi : Si vous êtes un passionné de cuisine ou juste accro aux ustensiles de cuisine japonais comme les couteaux à sushi ou les bols à thé, sachez que c’est là que tous les restaurants de Tokyo s’équipent à prix réduit. J’évite d’y aller maintenant car j’ai envie de tout acheter à chaque fois. Les prix des céramiques et des boîtes bento en bambou sont imbattables.

 

Yanaka

Yanaka est une zone résidentielle qui a gardé l’atmosphère du vieux Tokyo. Ses bâtiments de faible hauteur ont résisté aux tremblements de terre et aux bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale. Savourer des plats faits maison sur un tatami dans une vieille maison traditionnelle japonaise n’a pas de prix. Yanaka me permet de faire l’expérience de ce que j’aime le plus dans les zones rurales du Japon tout en restant en plein centre-ville.

Mes adresses préférées à Yanaka :

  • Yanaka Beer Hall : Ne vous fiez pas à son nom comme je l’ai fait. Cela ne ressemble en rien à un Bier Garden allemand, mais bien à une maison japonaise très traditionnelle avec tatami à l’étage où vous pouvez goûter leurs bières artisanales avec un bol d’udon, ou tout simplement déguster une tasse de thé ou de café. C’est la pause idéale après avoir exploré le cimetière de Yanaka.
  • Café Nombiriya : Je pense que c’est l’expérience la plus proche d’une maison japonaise traditionnelle que j’ai pu avoir dans un café à Tokyo. Les propriétaires sont des amours, font leur propre umeshu (liqueur de prune) et parlent même un peu anglais. En hiver, essayez d’être le chanceux qui profitera du kotatsu (table basse japonaise avec couverture chauffante).
  • Café Nekoemon : Un café adorable sur le thème des chats, que ce soit avec les gâteaux à la châtaigne en forme de tête de chat ou les madeleines en forme de pattes de chat.
  • Magasin de thé Kinjiyoshien : Ils vendent le meilleur thé vert japonais des quatre coins du Japon mais aussi de superbes céramiques japonaises. Le prix des tasses va de 200 ¥ à 2000 ¥ chacune. Le personnel parle un peu anglais.

 

Harajuku

Si vous avez besoin de « kawaii » dans votre vie, c’est ici qu’il faut aller. Comme trop de kawaii tue le kawaii, je pensais que Harajuku finirait par m’ennuyer. Mais ce n’est jamais arrivé. Cela reste mon lieu favori chaque fois que je veux faire une promenade en ville ou juste m’asseoir dans un adorable café pour écrire ou étudier mes cours de japonais.

Mes adresses préférées à Harajuku :

  • Reissue Café : Le maître du Latte Art à Harajuku ! Vous voulez un chat, un Totoro ou pourquoi pas votre nudibranche préféré en mousse de lait sculptée au-dessus de votre café au lait ? Vous n’avez qu’à demander. Bien que cela revienne à 1000 ¥ (environ 8 €) le café latte personnalisée, l’endroit est un lieu très reposant pour se détendre ou étudier ses cours de japonais.
  • Gram café & pancakes : Les pancakes japonais moelleux sont tout simplement le meilleur petit déjeuner que je n’ai jamais mangé ! Ceux du Gram Café ne sont disponibles qu’à 3 créneaux horaires chaque jour : 11h, 15h et 18h. Il faudra venir une heure avant pour obtenir un billet car ils ne font que 20 portions à chaque créneau. 950 ¥ pour le plat de 3 énormes pancakes, environ 500 ¥ pour le café, vous ne regretterez pas un seul yen !
  • Madosh! Café : Si vous êtes accro à l’avocat, vous allez craquer pour ce café 100% avocat ! Tout est fait avec de l’avocat : smoothie, plats principaux et dessert. Délicieux avec des prix corrects, les menus du déjeuner commencent à 1 800 ¥ (environ 14 €).
  • Centre commercial Laforêt : Oubliez la rue Takeshita, voici le lieu idéal pour faire du lèche-vitrine du meilleur de la mode kawaii à Harajuku. Même si vous n’achetez rien, en explorant les différents étages, vous aurez une bonne vision des tendances de la mode japonaise. Le niveau le plus intéressant est le sous-sol avec les styles lolita et Steam punk.

 

 

Goûter à tous les plats japonais les plus délicieux à Tokyo

Yuzu Shuyu ramen Afuri Tokyo

Bol de soupe de nouilles au Yuzu de chez Afuri

Considérez vos repas à Tokyo comme faisant pleinement partie de l’expérience du Japon. N’hésitez pas à investir une partie de votre temps pour goûter aux saveurs et à la qualité de la cuisine japonaise, et ce sans se ruiner.

Voici un conseil qui fait gagner du temps. Même si je liste ci-dessous mes adresses préférées, la qualité est si bonne dans la plupart des restaurants à Tokyo, petits ou grands, que vous pouvez simplement taper « restaurant Ramen dans les alentours » ou « restaurant Soba dans les alentours  » dans Google Maps, et vous serez susceptible pour découvrir une autre adresse secrète à Tokyo sans perdre de temps dans les transports.

Toutefois, pour le dîner, je vous recommande de vous rendre dans les quartiers de Shibuya ou de Shinjuku. Vous y trouverez tous les types de plats japonais, et si vous avez envie de faire un peu de shopping après le repas, la plupart des magasins y ouvrent tard. Je trouve que c’est le moyen idéal pour une balade nocturne et prendre des photos des enseignes lumineuses tout en dégustant le meilleur de la cuisine japonaise.

Pas d’inquiétude si vous ne parlez pas japonais, les menus affichent souvent des images, et il pourrait même y avoir une tablette avec option en anglais sur votre table ! Dans le cas des restaurants traditionnels, vous verrez souvent des répliques en plastique en vitrine, ce qui vous permettra de pointer ce que vous voulez manger. Les restaurateurs japonais sont gentils et feront de leur mieux pour vous servir même s’ils ne parlent pas anglais.

  • La folie des « ramen »: la fameuse soupe de nouilles est un plat rapide qui fonctionne en toute occasion, lorsqu’on veut manger quelque chose de chaud sur le pouce ou après une soirée bien arrosée. Mon ramen préféré est de loin celui de l’enseigne Afuri pour ses nouilles fermes et sa soupe à la sauce soja et au yuzu. Ils ont plusieurs adresses à Shinjuku, Harajuku, Ebisu et Roppongi – prix moyen 1000 ¥ (environ 8 €).
  • Trinquez avec les « salarymen » en mangeant des brochettes « yakitori« : dirigez-vous vers les ruelles « yokocho », en particulier la célèbre « Omoide Yokocho » à Shinjuku, également appelé Memory Lane en anglais – prix moyen 250 ¥ pour 2 brochettes, chaque fois que je suis allée à Omoide Yokocho, j’ai dépensé environ avec les boissons 2 500 ¥ (environ 20 €).
  • Déguster des sushis de qualité sans se ruiner : grâce aux restaurants de sushis de type « kaiten » à tapis roulant. Mes adresses préférées : Genki Sushi, 24-8 ans Udagawachō, Shibuya & Hamazushi, 2 Chome −13, Takadanobaba – Prix moyen : 150 ¥ pour 2 nigiris sushi, je termine habituellement avec une note d’environ 800 ¥ (environ 7 €).
  • Savourer les nouilles de sarrasin « soba » froides : Un menu composé de nouilles soba et de tempura de légumes est mon repas traditionnel japonais préféré. Vous pouvez choisir des nouilles chaudes « atatakai » ou froides « tsumetai », mais je préfère les soba froides été comme hiver. Je n’ai pas encore mangé de mauvaises nouilles soba à Tokyo à chaque fois que j’ai tapé « soba restaurant » dans Google Maps, mais j’ai une adresse que j’aime plus que les autres : Nagomi Soba Dining, 3 Chome − 2−31, Kagurazaka – Prix moyen pour un menu de nouilles soba et un assortissement de tempura de légumes 1 300 ¥ (environ 10 €).
  • Goûtez à tous les gâteaux japonais que vous pouvez : Vous trouverez la meilleure sélection de « mochi », « odango », « daifuku » et « wagashi » (principalement des boulettes de riz sucrées) au niveau gourmet de tous les grands magasins de Shibuya ou Shinjuku, en général au sous-sol. Assurez-vous également de goûter à un « taiyaki », une gaufre en forme de poisson fourrée aux haricots rouges sucrés « Azuki » et à la glace au thé vert « Matcha ». Asakusa est un endroit idéal pour goûter à toutes sortes de plats de rue, mais vous pouvez vous rendre dans l’un des magasins « konbini », et vous y trouverez de nombreux en-cas à des prix raisonnables : prix moyen pour un mochi 100 ¥, pour un taiyaki : 160 ¥ (environ 1,20 €).

 

Se balader dans les plus beaux parcs de Tokyo

Koishikawa Garden Tokyo Japan

Visiter les jardins de Koishikawa pendant la saison des Momiji

Il m’a fallu un peu de temps pour découvrir les meilleurs parcs et jardins de Tokyo. J’ai insisté (trop) longtemps à explorer le parc d’Ueno à différents moments, pensant que je ne l’avais peut-être pas vu comme il fallait. Mais non, en fait, je trouve Ueno plutôt inintéressant. Il sert principalement de site pour des événements temporaires et abrite le zoo de Tokyo (pas pour moi) et les musées nationaux de Tokyo. Donc, après avoir fait plus de recherches, j’ai fini par visiter les parcs et jardins qui correspondaient exactement à ce que je cherchais :

  • Koishikawa Gardens : Mon jardin préféré à Tokyo. Ce jardin a pour but de recréer des paysages naturels célèbres tout autour du Japon. Une visite incontournable pendant la saison des Momiji. Si vous venez visiter ce jardin, profitez-en pour admirer la vue depuis l’observatoire du Buncho Civic Center qui se trouve juste au coin de la rue (voir ci-dessous).
  • Hamarikyū Imperial Gardens : Si vous restez dans le sud de Tokyo, c’est mon parc préféré. Bon à savoir, des péniches naviguent sur la rivière Sumida entre les jardins Hamarikyū et Asakusa, un moyen de transport insolite à Tokyo qui permet de poursuivre sa visite sans trop d’efforts. A part pour la vue sur le Rainbow Bridge, je dois dire que la vue depuis le bateau n’est pas incroyable, mais j’estime que cela reste une bonne option.
  • Shinjuku Gyoen : Ce parc de 58 ha comprend quatre parties distinctes avec un jardin japonais, un jardin anglais, un jardin à la française ressemblant à un mini-Versailles et une serre tropicale. Vous pouvez le visiter à tout moment de l’année et vous verrez toujours des fleurs même en plein hiver ! La collection d’orchidées dans la serre est également magnifique. La vue sur les gratte-ciels de Shinjuku à travers les feuilles d’érable rouges « Momiji » à l’automne ou les fleurs de cerisier « Sakura » au printemps vaut le coup d’œil.
  • Meiji Jingu : Visitez l’un des sanctuaires Shinto les plus importants de Tokyo, au cœur du parc de Yoyogi. La promenade de 10 à 15 minutes à travers le parc permet de se ressourcer en pleine nature. C’est là que vous aurez les meilleures chances de voir une cérémonie traditionnelle ou un mariage.

 

Prendre de la hauteur pour observer Tokyo

Inside Tokyo Tower Japan

Regarder la Skyline de Tokyo depuis la Tokyo Tower

La visite de l’un des nombreux observatoires de Tokyo devrait figurer sur n’importe quel itinéraire, même si vous n’avez qu’une courte escale. Compte tenu du nombre d’options gratuites, je ne recommande pas Roppongi Hills (1800 ¥ / 2300 ¥) ou la Tokyo SkyTree (2060 ¥ / 3090 ¥). Je trouve le prix de l’entrée bien trop cher. Je suis allée à l’observatoire de Roppongi Hills lors de mon tout premier voyage au Japon. Je ne pense pas que la vue était plus belle que les autres options ci-dessous :

  • Bunkyo Civic Center (gratuit !) : Au 25e étage du bâtiment administratif de Bunkyo-Ku, l’un des 23 arrondissements de Tokyo, se trouve un observatoire fabuleux avec une fenêtre à un angle particulier qui empêche tout reflet sur vos photos. C’est la meilleure vue sur la Tokyo SkyTree, de préférence dans l’après-midi. Si vous êtes chanceux, par temps clair, de préférence au moment de l’ouverture à 9 heures, vous pouvez voir le Mont Fuji à travers les gratte-ciels de Shinjuku. Il y a un joli café avec vue sur le Tokyo Dome et les jardins de Koishikawa avec un menu très raisonnable.
  • Tokyo Metropolitan Building, Shinjuku (gratuit !) : Au 45ème étage du bâtiment principal de l’hôtel de ville de Tokyo, il y a 2 plateformes d’observation, car il y a 2 tours. Au moment de ma visite, celle du sud était en cours de rénovation. C’est la meilleure vue de Tokyo pour voir le Mont Fuji par temps clair, de préférence à l’heure d’ouverture à 9 h 30. En revanche, d’un point de vue confort, j’ai trouvé que l’espace autour des fenêtres était limité en raison d’une énorme boutique de souvenirs au milieu. Par ailleurs, la meilleure vue sur Shinjuku, était cachée par un restaurant hors de prix qui prend la moitié de l’espace de l’observatoire.
  • Centre commercial 109 Magnet, Shibuya (gratuit !) : Situé au 8ème étage du centre commercial Magnet 109, vous bénéficierez de la meilleure vue sur le fascinant carrefour de Shibuya, le passage piéton le plus fréquenté au monde. Au 7ème étage juste en dessous, vous trouverez un espace de restauration très sympa, parfait pour un déjeuner rapide ou une pause-café.
  • World Trade Center, Hamamatsuchō (620 ¥ – environ 5 €) : Au 40ème étage du World Trade Center, l’observatoire Seaside Top est mon préféré à Tokyo. C’est le meilleur point de vue sur la tour de Tokyo. La plate-forme d’observation est confortable et élégante. Malheureusement, les vitres verticales créent beaucoup de reflets. Il est néanmoins important de noter que c’est le seul endroit qui autorise les trépieds (indispensables pour les photos de nuit).
  • Tokyo Tower (900 ¥ – environ 7 €) : Je préfère la Skyline de Tokyo avec la Tokyo Tower, ce ne sera donc pas le cas si vous êtes dans la Tower Tower. Cela étant dit, j’ai beaucoup apprécié ma visite de l’un de mes monuments préférés de Tokyo, et le prix était relativement correct.

 

Quelle est la meilleure période pour visiter Tokyo?

Momiji Koishikawa Garden Tokyo Japan

La saison des Momiji à Tokyo va de la fin novembre à début décembre

Tokyo est une ville fabuleuse qui se visite tout au long de l’année. Cependant, il est préférable d’éviter si possible la saison des typhons, principalement en fin juin / début juillet et septembre. L’hiver, de la fin décembre à mi-février, est plus froid que je l’imaginais. Les températures étaient autour de 0 °C (c’est rare, mais parfois il neige à Tokyo, ce qui est le cas au moment même où j’écris ces lignes). Il y a aussi moins de monde et cela ne change rien à l’ambiance de la ville la nuit tombée et à tous les plats délicieux auxquels vous pourrez goûter.

Je dirais que ma saison préférée est l’automne, en particulier la saison des « Momiji » (de la mi-novembre au début décembre) lorsque les feuilles d’érable deviennent rouge vif et que les feuilles de ginkgo prennent une teinte jaune doré. J’ai passé environ 2 semaines à photographier les feuilles d’automne à la moindre occasion tellement j’ai trouvé ça beau. Bien que la floraison des cerisiers « Sakura » (fin mars-début avril) a tendance à attirer beaucoup de monde (trop à mon goût) et est effectivement magnifique, je préfère quand même la saison des Momiji.

 

Où séjourner à Tokyo?

Je suis allée trois fois à Tokyo lors de voyages d’affaires en séjournant dans de beaux hôtels, une fois en tant que « backpackeuse » en essayant tous les hôtels capsule et les auberges de jeunesse possibles, et j’y ai finalement séjourné pendant 4 mois en tant qu’étudiante de Japonais dans une Share House. Croyez-le ou non, mon budget hébergement à Tokyo va de 30 à 35 € la nuit. Vous pouvez trouver moins cher, mais j’ai décidé de choisir le meilleur rapport qualité-prix en tant que voyageuse solo qui blogue en chemin.

  • Hôtels capsule : Si vous recherchez des options économiques pour rester à Tokyo pendant une courte période, les hôtels capsule sont d’excellentes solutions et une expérience à faire au moins une fois. Il y en a tellement à Tokyo que vous pouvez maintenant en trouver avec un thème particulier. À mon arrivée à Tokyo en juin dernier, je devais passer une nuit à Ebisu avant de rejoindre l’équipe de Dive Zone Tokyo pour un week-end de plongée sous-marine. J’ai passé la nuit à Doc-C sauna + sleep, qui est un hôtel capsule avec un sauna. Il y a deux étages pour les hommes et deux étages pour les femmes. Comme il faut libérer la capsule tous les jours à 10 heures, c’est bien pour une nuit ou deux seulement. Avant de prendre l’avion pour Okinawa, j’ai aussi testé le concept Book & Bed à Ikebukuro (ils ont également 2 autres adresses à Shinjuku et à Asakusa). J’ai adoré l’idée de dormir dans une bibliothèque. Le confort était limité, mais l’atmosphère absolument relaxante. Prix ​​à partir de 2 900 ¥/nuit (environ 23 €).
  • Auberge de jeunesse design : ça a été ma solution d’hébergement à court terme préférée à Tokyo. Bien qu’on puisse trouver des auberges moins chères à Tokyo, ces versions plus chics disponibles à Tokyo offrent une cabine confortable avec un rideau pour s’isoler et un espace de rangement à cadenas, des salles de bains communes dignes d’hôtels 4 étoiles et un café branché avec Wi-Fi illimité. Mon adresse préférée a été Unplan dans le ravissant quartier de Kagurazaka. J’ai également séjourné à d’autres endroits, à Akasaka et à Nihombashi, mais j’ai trouvé l’espace bien trop petit, surtout pour les bagages. Une autre option que j’ai bien aimée, bien que pas aussi sophistiquée que les autres adresses, est le Space Hostel entre Asakusa et Ueno. Le lit était très confortable et la cuisine-salon était un lieu de rencontre agréable avec les autres voyageurs. Prix ​​à partir de 3 800 ¥ / nuit (environ 30 €).
  • Hôtels design : Si vous avez besoin d’une chambre privée relaxante pour soigner votre décalage horaire et dépenser un peu plus en hébergement, il existe de superbes hôtels dans toute la ville. Cependant, la fourchette de prix peut varier considérablement. J’ai trouvé que ces hôtels étaient le meilleur rapport qualité-prix. Au cœur de Ginza, je recommande le Millenium Mitsui Garden, et dans le quartier calme de Kiyosumi sur les rives de la rivière Sumida, le Lyuro Hotel (qui comporte également une section dortoir). J’ai eu l’expérience d’un hôtel d’affaires à Hamamatsuchō, mais honnêtement, c’était incroyablement petit pour l’argent, alors économisez votre argent et allez dans une auberge à la place ou dépensez un peu plus pour un bon hôtel. Prix ​​à partir de 11 300 ¥ / nuit (environ 90 €).

Bonus : L’exposition intéractive Teamlab borderless

Je ne savais pas où le mettre, alors voici un bonus. Je ne suis pas une grande fan du quartier d’Odaiba construit sur une ile artificielle, mais cette exposition m’a scotché. Entre expérience artistique et parc d’attractions nouvelle génération, l’exposition Teamlab Borderless vous emmène dans une nouvelle dimension digitale où vous pouvez interagir avec les œuvres artistiques. Assurez-vous de prévoir d’arriver au moins 15 minutes avant l’heure d’ouverture le matin pour une expérience plus agréable. On peut facilement y passer toute la journée si on veut profiter de toutes les expériences.

 

 

Si vous avez apprécié cet article, abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir les derniers articles en français une fois par mois ainsi que les infos en avant-première sur mes projets de voyages de plongée (100% garanti sans spam).

Posted by Florine

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :